Coronavirus : les Etats-Unis au cœur de la crise

En quelques jours, les Etats-Unis comptent désormais le plus grand nombre de cas de COVID-19 dans le monde. Comment est gérée la crise dans la 1ère puissance mondiale? Nous avons voulu interroger Franck Bondrille, conseiller consulaire de Floride. Christian Guérin, son colistier, nous a également fourni des réponses.

Quelle est la situation actuelle aux Etats-Unis ? Comment les Etats-Unis se mobilisent pour endiguer l’épidémie ?

La situation est critique vu le nombre de cas que nous enregistrons quotidiennement. Nous avons franchi la barre des 200.000 cas confirmés et 5000 morts. Les annonces de confinement sont arrivées tardivement mais à ce jour 80 % des américains sont confinés et ça devrait durer jusqu’au 15 mai.

Les consignes sont-elles données au niveau fédéral, de chaque Etat ou de chaque ville ? Cela est-il compréhensible pour les citoyens ?

Les consignes sont données au niveau fédéral par chaque Etat, comté et ville, ce qui porte à confusion les citoyens.Heureusement, beaucoup de personnes n’ont pas attendu d’instructions et se sont confinés d’elles-mêmes, car nous avons pu voir ce qu’il se passait en Europe.

La décision de confinement par les gouverneurs d’Etat et les maires est également très dépendante de l’aspect économique. Une loi fédérale devrait imposer à tous les Américains la même obligation de protection d’eux-mêmes et des autres.

Il y a une semaine encore on voyait des images d’étudiants en Spring Break sur les plages de Floride. Ces images sont-elles toujours d’actualité ?

Ceci n’est plus d’actualité et à ce jour pratiquement toutes les plages de Floride sont fermées.

Comment fonctionne l’assurance maladie aux États-Unis ? Est-ce vrai qu’en une semaine, des millions d’américains se sont retrouvés au chômage, sans sécurité sociale, alors même que la pandémie s’étend ?

Oui, il est vrai que dès l’annonce du confinement, beaucoup d’ entreprises on été obligées de licencier. Des millions d’américains se retrouve au chômage et sans assurance santé, mais des aides se mettent en place dans les jours qui arrivent. Par exemple, les Américains ont droit à un chômage à environ 50% du salaire pendant 6 mois. 

Le gouvernement Trump est de plus en plus social. Le Président des Etats-Unis a ainsi signé une loi de sauvetage de 2 000 milliards de dollars vendredi 27 mars, après que la Chambre des représentants l’ait voté le même jour. Le Sénat américain a adopté le projet de loi à l’unanimité le mercredi 25 mars.

Les Etats-Unis, connaissent-ils comme en Europe, une pénurie de matériel médical, notamment de masques et de respirateurs artificiels ?

En pourcentage, les Etats-Unis sont bien moins équipés qu’en France. C’est le drame. La ville de New-York, épicentre de l’épidémie, commence a avoir une pénurie de matériel médical  : masques et aspirateurs, etc. Des hôpitaux de campagne se mettent en place dont un à Central Park. Un bateau médical de l’armée américaine avec 1000 lits est arrivé il y a 2 jours a New-York. Le centre de congrès Jacob Javitz a été transforme en Hôpital avec 2000 lits. General Motors se met a fabriquer des aspirateurs afin de pallier au manque. Le président Trump a estimé que le mois d’avril serait « vital ». Mais il s’est voulu optimiste sur la préparation du pays. New-York, Detroit, Chicago, la Nouvelle-Orléans et la Floride sont les endroits les plus touchés par le virus.

Le régulateur du médicament aux États-Unis (FDA) a autorisé dimanche contre le coronavirus, uniquement à l’hôpital, la chloroquine et l’hydroxychloroquine, traitements antipaludiques controversés. Ces médicaments provoquent-t-ils le même débat aux Etats-Unis qu’en France ?

Oui, la chloroquine et l’hydroxychloroquine ont été autorisés et commencent a être distribués dans les Etats les plus touchés. Des stocks ont été livrés d’Israël par les laboratoires TEVA il y a 48 heures. Il n y a pas vraiment eu de débat car le traitement a été approuvé rapidement par la FDA.

Avez-vous quelque chose d’autre à ajouter ?

Une loi fédérale devrait imposer à tous les américains la même obligation de protection d’eux mêmes et des autres. Depuis lundi dernier, les enfants doivent obligatoirement suivrent leur cours d’école en visioconférence et ils devraient finir l’année de cette manière. Plusieurs groupes d’entraide se sont constitués à travers les réseaux sociaux. Nous leur donnons régulièrement des informations et essayons d’aider au mieux nos compatriotes via nos différentes pages Facebook. Je pense que l’on atteindra le pic de l’épidémie d’ici 15 jours mais certaines études disent que l’on risque d’avoir entre 100 et 200.000 morts. Espérons que ces études soient fausses, le plus dur sera de se relever de tout cela au niveau de l’économie du pays malgré la bourse qui reste optimiste. 

 

L’équipe de l’ASFE

3 commentaires

  1. Je souhaite rentrer en France pour l’été. Mais je n’ai plus de carte vitale (merci Anne Genetet !). Cette loi est inique et même criminelle. Quand va t-on nous la rendre et faire de nous français de l’étranger des citItems a part entière ? Notre député Roland Lescure est aux abonnés absents.

  2. Helene,
    Si on reside a l’ etranger (et je parle ici du Canada), on recoit tout les benefices sociaux du pays ou on reside.
    Alors avoir exactement les memes benefices que les residents en France semble un peu trop..pour un ou deux mois de vacances , surtout si on ne paye pas d’impots en France. Moi aussi, j’ai perdu l’utilisation de ma carte vitale….si je retourne en France,je prends une assurance de voyage (au cas ou)…. J’ai vu le cas de Francais , residant aux Etats Unis,qui retournaient en France pour juste se faire operer de la hanche, ou genou, car c’etait gratuit en France. Abus du systeme..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *