Fait inédit : jeudi dernier le Sénat a refusé de poursuivre l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). Cela fait suite aux annonces d’Emmanuel Macron d’un plan d’urgence pour l’hôpital, réclamé depuis des mois par l’ensemble du personnel hospitalier. Le mouvement de grève de 8 mois a fini par payer puisque des annonces ont été faites, venant rendre pratiquement caduc le texte du PLFSS. Les Sénateurs ont ainsi reproché au Gouvernement son manque de sincérité et son mépris à l’égard du Parlement.

In fine le plan d’urgence gouvernemental comprend diverses primes pour les personnels (800 euros nets pour les infirmiers et les aides-soignantes franciliens gagnant moins de 1900e/mois), ainsi qu’une rallonge budgétaire de 1,5 milliard d’euros pour le secteur hospitalier et une reprise de 10 milliards de la dette hospitalière.

De son côté, mardi, l’Assemblée nationale a approuvé en 1ère lecture l’ensemble du PLF 2020, qui comprend notamment la baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu pour 17 millions de foyers des deux premières tranches, et la poursuite de la suppression de la taxe d’habitation, pour 80% de la population dès 2020 puis 100% en 2023.