Hier nous commémorions les attentats du 13 novembre 2015 qui avaient fait, en ce jour effroyable, 131 morts et plus de 400 blessés. De nombreuses cérémonies ont été organisées à Paris sur les lieux touchés par les attaques, en présence de la Maire de Paris et de plusieurs membres du Gouvernement. François Hollande, alors Président de la République, est revenu sur cette nuit dont le souvenir douloureux marquera à jamais notre mémoire nationale.

C’est le même François Hollande, qui devait d’ailleurs intervenir ce mardi à l’Université de Lille pour présenter son livre, qui a été contraint par des manifestants d’y renoncer. Ailleurs d’autres manifestations étudiantes étaient organisées tout au long de la semaine après l’immolation devant le Crous de Lyon d’un étudiant de 22 ans pour dénoncer la misère de la condition étudiante. Le jeune Anas est toujours entre la vie et la mort. Dans le message qu’il a laissé avant de passer à l’acte, il accuse « Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de l’avoir tué en créant des incertitudes sur l’avenir de tous-tes », ainsi que « Le Pen et les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires ».