Chaque année, le 30 avril, la bataille de Camerone est célébrée par toutes les unités de la Légion étrangère. Vos Sénateurs ont pris part il y a quelques jours à cette commémoration. La bataille de Camerone fut héroïque : en effet, le 30 avril 1863, lors de l’expédition française au Mexique, trois officiers et soixante-deux légionnaires résistent une journée entière à l’assaut de deux mille soldats mexicains, dans le village de Camarón de Tejeda, situé dans l’Etat de Veracruz, avant que les six derniers légionnaires encore debout ne se rendent, à condition de garder leurs armes et de secourir leurs blessés. L’illustration la plus importante d’une des devises de la Légion : ne jamais abandonner ni les morts, ni les blessés, ni les armes.
Sur invitation du Général Puga, Grand Chancelier de la Légion d’honneur, Jean-Pierre Bansard et Evelyne Renaud-Garabedian ont célébré le 155ème anniversaire de ce haut fait d’arme de notre histoire militaire à Calvi, avec le 2ème Régiment étranger des parachutistes. Ils ont assisté à l’aubade, à la prise d’armes, et aux démonstrations des parachutistes.


De gauche à droite : Jérôme Seguy, sous-préfet de Calvi ; Ange Santini, Maire de Calvi ; Colonel Jean de Monicault, Chef de corps du 2ème REP ; Sénateur Jean-Pierre Bansard ; Général de division Bernard Berrera ; Général Patrick Collet, commandant de la 11e brigade parachutiste à Toulouse ; Sénatrice Evelyne Renaud-Garabedian, Général Puga, Grand Chancelier de la Légion d’honneur 


Prise d’armes de Camerone

Ce fut également l’occasion de commémorer, aux côtés des autorités administratives et militaires, un autre événement important pour la Légion étrangère : la bataille de Kolwesi, précisément menée par cette unité, seul régiment parachutiste de la Légion étrangère encore en activité. Ils sont intervenus il y a 40 ans, à Kolwesi, dans l’actuelle RDC, pour délivrer des otages européens détenus par des rebelles.


Aubade sur la place d’armes de la citadelle de Calvi 


Jean-Pierre Bansard, Evelyne Renaud-Garabedian, le Général Puga et son épouse 

Ces commémorations ont rappelé à vos Sénateurs, s’il en était besoin, l’importance de la Légion étrangère et de ses valeurs. Des légionnaires qui viennent des quatre coins du monde et dont nous sommes par conséquent, en tant que Français de l’étranger, si proches.

X