Cette semaine vos Sénateurs ont examiné en séance publique le budget 2018 pour l’action extérieure de l’Etat, comprenant notamment le budget de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE).

Tout d’abord, le Ministre Jean-Yves Le Drian s’est prononcé contre les amendements déposés par l’ensemble des Sénateurs des Français de l’étranger visant à rétablir les dotations de l’agence supprimées en juillet dernier, et ayant entraînées de lourdes conséquences. Il préfère s’intéresser à “l’avenir du réseau” plutôt qu’à l’annulation des 33 millions d’euros.

Pour vos Sénateurs, l’un ne va pas sans l’autre. De toute évidence une réflexion profonde doit être engagée, mais elle doit se faire sur des bases budgétaires honnêtes. Le Ministre a toutefois déclaré devant notre Assemblée : « Nous cherchons le modèle à partir de 2020. Faisons-le ensemble ». La il faudra rajouter la lettre au président de la République si elle part demain.
Vos Sénateurs ont choisi de s’adresser directement au Président de la République dans la lettre suivante.  Par ailleurs, les amendements visant à mettre en place un système palliant la suppression de la réserve parlementaire pour les Français de l’étranger ont été retirés ou non adoptés. En effet, le Gouvernement s’est engagé à mettre en place un nouveau dispositif, disposant d’une enveloppe de 2 millions d’euros, destiné aux projets associatifs des Français de l’étranger.

Les grandes lignes du mécanisme seraient les suivantes : en premier lieu un examen par les conseillers consulaires localement, puis un avis d’une commission qui associerait AFE et parlementaires, et une décision finale prise par le Ministre des Affaires Étrangères. Nous vous communiquerons les détails le plus rapidement possible. Le système des barèmes des bourses scolaires, la politique immobilière, le déficit du commerce extérieur, ainsi que la crise budgétaire de la Fondation Alliance Française ont également été des sujets discutés lors de cette séance et qui seront suivis de près par vos Sénateurs.

TRAVAIL PARLEMENTAIRE
Enfin, en commission économique, vos Sénateurs ont auditionné Remi de Verdilhac, Directeur de Michelin France. Ce dernier a été interrogé sur l’avenir du groupe, qui s’est profondément restructuré ces dernières années. Leurs réflexions ont porté sur l’avenir industriel du groupe, de la France et la compétitivité de notre pays.
X