TELECHARGER LA FICHE PDF

ORIGINE

L’ Alliance française a été créée à Paris en 1883 à l’initiative de Paul Cambon, un diplomate qui était alors chef de cabinet de Jules Ferry, le célèbre ministre de l’éducation. De nombreuses personnalités françaises avaient soutenu Paul Cambon et participé activement à la création de l’Alliance française. Parmi elles, Jules Verne, Louis Pasteur et Armand Colin, qui étaient tous présents en 1884 à la première assemblée générale de fondation. Dès l’origine, l’objectif de l’Alliance était de renforcer la langue et le rayonnement culturel français à l’étranger, notamment la philosophie des Lumières dans l’empire colonial naissant (en 1883, le nom officiel du projet était « association nationale pour la propagation de la langue française dans les colonies et à l’étranger »).

MISSIONS ET VALEURS

Les Alliances françaises ont 3 grandes missions :

  • proposer des cours de français, en France et dans le monde, à tous les publics (sur les 800 et quelques Alliances présentes dans le monde, plus de 700 ont une activité enseignante) ;
  • mieux faire connaître les cultures françaises et francophones ;
  • favoriser la diversité culturelle.

Par ailleurs, elles soutiennent plusieurs valeurs, qui sous-tendent chacune de leurs actions : le respect de la diversité des cultures, la passion de l’échange et la solidarité, les valeurs associatives, la convivialité, la recherche de l’excellence dans toutes les activités entreprises, la modernité et l’innovation.

DÉVELOPPEMENT ET FONCTIONNEMENT

Très vite, les Alliances se développent en France et à l’étranger, à l’intérieur et à l’extérieur des colonies françaises, comme par exemple en 1889, avec la création d’une Alliance en Inde et en Australie. Dès 1904, le réseau compte 150 comités en France et 450 à l’étranger !

Actuellement, les Alliances françaises constituent le plus grand réseau culturel de ce type au monde, et le seul à fonctionner ainsi. En effet, contrairement à ses équivalents espagnols (Instituto Cervantes), allemands (Goethe Institut) ou encore britanniques (British Council), les Alliances françaises sont créées le plus souvent par des initiatives locales et sont gérées par des étrangers sur place. Associé au fait qu’environ 85% des Alliances françaises sont des associations autonomes sans but commercial et sont créées en utilisant le droit local étranger, elles coûtent peu d’argent et sont un incroyable réseau culturel pour notre pays, bien plus étendu que celui de nos voisins européens cités au-dessus.

La plus importante des Alliances est celle d’Ile-de-France, qui historiquement, est l’héritière de  la toute première Alliance et qui a élaboré les premières méthodes d’enseignement du Français Langue Etrangère (FLE). 

LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE

Créée en 2007, la Fondation Alliance française, reconnue d’utilité publique et dont le siège est à Paris dans les mêmes locaux que l’Alliance française Ile-de-France, est devenue la référence morale et juridique des Alliances françaises. Désormais, lorsqu’une Alliance se crée, elle demande à la Fondation de la reconnaître, à travers une approbation de ses statuts. Lorsqu’elle souhaite s’étendre, la Fondation la conseille, et si elle a besoin de former son personnel, la Fondation peut aussi l’aider. Tous les 18 mois, la Fondation réunit les Alliances françaises implantées à travers le monde à l’occasion d’un colloque international organisé à Paris. Elle organise aussi régulièrement des Etats généraux, qui réunissent les Alliances de différents pays (généralement à l’échelle d’un continent).

Cependant, même si la mission de la Fondation est de veiller au respect des missions et des valeurs des Alliances françaises, les Alliances locales restent juridiquement et financièrement auto- nomes, comme expliqué précédemment, et fonctionnent donc vis-à-vis de la Fondation comme des franchises.

La Fondation reçoit des subventions du Ministère des Affaires étrangères (et les Alliances à l’étranger en reçoivent des ambassades, ou encore de la réserve parlementaire des députés et sénateurs des Français de l’étranger). Son taux d’autofinancement est de 97%. La Fondation travaille en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères, notamment pour étudier l’évolution de la carte du réseau des Alliances et les emplois financés par le ministère.

Actuellement, la Fondation cherche à développer l’offre numérique et à « dépoussiérer la marque » Alliance française. La Fondation et les Alliances françaises cohabitent harmonieusement avec les Instituts français, qui ont aussi une politique de promotion de la culture et de la langue française.

 Pour plus de détails : Rapport 2017 Fondation des alliances françaises

TELECHARGER LA FICHE PDF