L’AEFE fait sa rentrée !

À l’occasion de la rentrée scolaire de septembre 2022, le directeur de l’AEFE Olivier Brochet s’est adressé aux élèves, aux parents et aux personnels du réseau de l’enseignement français. Ce fut l’occasion pour lui de présenter les mesures phares que l’AEFE entend initier en cette rentrée scolaire.

L’équipe de l’ASFE vous résume les mesures qui ont été annoncées au cours de cet échange.

Grandes orientations pour l’année scolaire

 Le directeur de l’AEFE a présenté les grandes orientations du programme de la rentrée scolaire. L’accent est mis sur l’insertion internationale, la formation pluridisciplinaire porteuse de valeurs civiques et la mobilité des élèves dans divers domaines.

Il a ainsi annoncé :

  • L’entrée en vigueur dès la rentrée du BAC français international. Ce bac doit permettre aux élèves de valoriser leurs compétences linguistiques ;
  • La signature de partenariat avec plusieurs acteurs qui doivent concourir à former des citoyens diligents, conscients des enjeux mémoriels et des problématiques sociétales. Ainsi des partenariats ont été signés avec l’Agence Française de Développement (AFD) pour soutenir l’éducation au développement durable. Le mémoriel de la Shoah pour enrichir l’enseignement et la formation sur les génocides et le CNED pour la mise en œuvre en cette année scolaire, d’un développement expérimental pour le BTS au sein de plusieurs lycées ;
  • Dans le domaine sportif, l’organisation des jeux internationaux de la jeunesse par l’Union Nationale du Sport Scolaire (l’UNSS). Cet évènement se tiendra à Pau en juin 2023. D’autres évènements sportifs régionaux sont également prévus ;
  • Dans le domaine culturel à travers l’instauration de l’orchestre des lycées français du monde ;
  • L’organisation d’un concours d’éloquence comme Ambassadeurs et Ambassadrices en herbe, ainsi que la promotion de toutes les initiatives ayant pour fil conducteur « l’éducation aux médias » ;
  • Le retour des échanges ADN en 2023 entre les différents lycées français dans le monde et les jumelages ADN Carbone zéro pour les classes de CM2 et classes de 3e.

Il a mis un point d’honneur sur la volonté de l’AEFE de faire de ces établissements un lieu d’inclusion, bienveillant, qui garantit le bien-être et la protection des élèves, loin de toute discrimination et de harcèlement.

Un cadre d’enseignement vertueux et une gestion coopérative

Dans son adresse aux parents d’élèves, le directeur s’est voulu rassurant et leur a rappelé la volonté de l’AEFE de garantir un enseignement de qualité aux élèves, et ce dans un environnement propice. Il a ainsi indiqué :

  • La reprise pour cette nouvelle année scolaire, de la totalité des missions d’inspection indispensable au renouvellement de l’homologation par le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse française ;
  • L’effectivité de la mise en place de seize instituts régionaux de formation et du développement de plans de formation.

Olivier Brochet a qualifié cette nouvelle mesure « d’enjeu majeur qui va enrichir les pratiques pédagogiques et garantir un accompagnement dans les premières années de leurs professionnels ». Cette décision vise à pallier la crise de recrutement des enseignants des établissements AEFE, poursuivre le renforcement des enseignants qu’ils soient titulaires de l’Éducation nationale française ou recrutés par les établissements. Comme en France, l’enseignement français à l’étranger souffre d’une crise de vocation et d’une pénurie d’enseignants.

La création de ces instituts – si elle poursuit un objectif louable – laisse planer de nombreuses zones d’ombre, notamment pour ce qui concerne le déploiement et le fonctionnement des seize instituts régionaux de formation (IRF) ou encore sur la nature de la formation et sa cohérence avec les nouveaux besoins du système éducatif.

À la fin de son adresse aux parents d’élèves, le directeur les a exhortés à prendre part aux élections des représentants des parents d’élèves qui vont se tenir en automne.

Une révolution numérique au service d’un travail collaboratif

Le directeur s’est également adressé à l’ensemble du personnel de l’enseignement français à l’étranger. Il a témoigné sa solidarité à tous les enseignants qui exercent dans des conditions particulières au sein de pays en crise, notamment en Ukraine, en Haïti, au sein des pays du Sahel, en Chine, au Liban.

Il a leur annoncé :

L’instauration d’outils numériques destinés à renforcer le travail collaboratif entre tous les enseignants du réseau. Il a fait savoir que désormais, les enseignants auront à leur portée des outils tels que :

  • les comptes numériques et des adresses de messageries en AEF ;
  • la plateforme ORION, qui cumule Intranet, réseau social professionnel et outil de travail collaboratif ;
  • la plateforme ATENA, l’application dédiée à la formation et aux instituts régionaux de formation.

Dans la continuité des évolutions numériques au sein de l’AEFE, le directeur leur a indiqué l’introduction d’un vote électronique lors des élections professionnelles, durant lesquelles le personnel qui travaille dans les établissements en gestion directe ou dans les établissements conventionnés est appelé à élire des représentants du personnel.

Le directeur a annoncé l’obtention par l’AEFE du label égalité professionnelle femme-homme de l’AFNOR, pour son engagement en faveur de la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes. Il a aussi annoncé dans la continuité de cet engagement, la création, au mois de mars 2023, d’une cellule de signalement de l’AEFE pour recueillir tous les témoignages du réseau sur d’éventuels problèmes de discriminations et d’harcèlement.

Vers un nouveau statut pour le personnel titulaire et leur famille

Le directeur est également revenu sur la réforme relative au nouveau statut contractuel.

Cette réforme a vocation à permettre aux enseignants contractuels d’exercer dans des conditions idoines. Il prévoit ainsi que dorénavant les contractuels recrutés par l’AEFE, au premier jour de mission, puissent bénéficier d’une prise en charge de la mobilité et celle de leur famille.

Il a précisé que les personnel recrutés avant juin 2022 ont jusqu’en 2023 pour exercer leur droit d’option pour se prévaloir de la prise en charge de leur mobilité et celle de leur famille.

Le directeur de l’AEFE a clôturé son discours sur un point fondamental, celui de l’avenir des établissements de l’AEFE. Il a tout d’abord rappelé le contexte international qui déstabilise l’équilibre mondial et économique, notamment la crise sanitaire du Covid-19, l’invasion russe en Ukraine. Il établit un lien entre ces crises et l’inflation qui sévit partout dans le monde et qui engendre de lourdes conséquences sur l’équilibre économique des foyers des parents d’élèves. Cette situation va conduire inévitablement à une baisse du pouvoir d’achat, et par ricochet aura un impact immédiat sur les établissements de l’AEFE, les foyers peinant à faire face au coût des frais de scolarité. Face à ce constat, pour pérenniser l’école et garantir l’accès à un enseignement français de qualité, le directeur exhorte les parentes d’élèves et l’AEFE à tendre vers une franche collaboration pour trouver des solutions sur la base des données économiques objectives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *