Législatives 2022 : une meilleure participation que la présidentielle ?

La campagne des élections législatives est officiellement lancée. Les 6293 candidats dont le dossier a été validé par le ministère de l’Intérieur ont donc quelques jours avant le premier tour, le 12 juin, pour tenter de convaincre les électeurs ; et de les choisir comme députés dans l’une des 577 circonscriptions représentées à l’Assemblée nationale, dont onze sont réservées aux Français établis à l’étranger.

Ces derniers ont d’ores et déjà pu opter pour le vote électronique – avec son lot de difficultés techniques – qui a pris fin hier. Il sera dépouillé en même temps que le vote à l’urne pour le premier tour, dimanche prochain.  Le premier tour aura également lieu en avance en Polynésie française (le 4 juin), en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon (le 11 juin), puis le 12 juin partout ailleurs sur le territoire national. Le second tour aura lieu le 19 juin.

Tout comme l’élection présidentielle, on ne sent pas dans le pays un élan particulier pour se rendre aux urnes. La crise sanitaire, puis surtout la guerre en Ukraine ont monopolisé l’attention. Ce sont à présent les sujets liés au pouvoir d’achat et à la hausse des prix qui inquiètent en priorité les Français. Les réponses apportées par les candidats détermineront-ils leur vote ? Nul ne le sait car il y a aussi une dimension locale dans le choix des électeurs, qui n’apprécient guère les parachutages (et ils sont nombreux).

C’est évidemment Jean-Luc Mélenchon qui a animé le plus les débats en parvenant à réaliser l’union des gauches entre La France insoumise, EELV, le PS et le PC. Cette coalition, qui semble fragile, trouvera-t-elle une traduction dans les urnes ? Les sondages le disent, la donnant au coude à coude avec la majorité présidentielle sortante, qui est elle-même une coalition de partis (Renaissance, MoDem, Agir…).

Le parti LR, premier groupe d’opposition dans l’Assemblée sortante avec une centaine de députés, devrait peiner à garder ce premier rôle… Quant au Rassemblement national, il vise la formation d’un groupe au Palais Bourbon, ce qui suppose qu’il dépasse les 15 élus. En fait, il est bien difficile de faire des pronostics car les législatives, ce sont 577 élections, autant qu’il y a de circonscriptions. Et tout dépendra aussi du niveau de l’abstention que les sondeurs prévoient important, autour de 50%…

L’équipe de l’ASFE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *