“SOS French in Texas” : une association d’entraide pour les Français victimes de violences

L’ASFE a eu l’occasion d’échanger avec Nathalie Bonneté, fondatrice de « SOS French in Texas », une association créée pendant la crise sanitaire et intervenant dans le cadre de violences conjugales et d’actes criminels.

Pouvez-vous nous parler de votre association « SOS French in Texas ». Comment est-elle née ? Qu’est-ce qui vous a amené à franchir le pas de la création de cette association ?

Au cours de l’été 2020, le Consulat avait renvoyé vers Jean-François Bonneté, Conseiller des Français de l’étranger de notre circonscription, le cas d’une compatriote victime de violences conjugales avec de jeunes enfants à charge afin de la soutenir et l’accompagner dans ces moments très difficiles. Après avoir investi beaucoup de temps à l’aider, tant concrètement qu’indirectement, dans plusieurs de ses démarches, nous nous sommes rendus compte de l’étendue de la détresse au sein de la communauté française, détresse exacerbée par les restrictions sanitaires liées à la pandémie, et des violences diverses dont certains d’entre eux sont victimes, autant de cas pour lesquels le Consulat n’est malheureusement pas toujours habilité à aider car limité dans son champ d’action. Au cours de nos conversations avec le Consulat, le Consul General de l’époque, Alexis Andres, nous a informés de la possibilité de créer une structure associative dédiée à ces causes dans le cadre des Organismes Locaux D’entraide et de Solidarité (OLES), dont l’action serait complémentaire à celle du Consulat, et pour lequel ce dernier soutiendrait la demande de subvention auprès de la Direction des Français à l’Étranger et de l’Administration Consulaire (DFAE). Cela nous est apparu comme une solution plus pérenne aux difficultés rencontrées par nos concitoyens. Ainsi, sous l’impulsion de Jean-Francois Bonneté, avec l’aide du Consulat, et après avoir contacté plusieurs personnes identifiées comme des volontaires potentiels, nous avons réussi à assembler une équipe solide et prête à s’investir pour cette cause.

« SOS French in Texas » est un OLES (Organisme Local d’Entraide et de Solidarité). Quels sont les avantages de ce statut ? Et ses désavantages s’ils existent ? 

Le statut d’OLES confère à SOSFIT une crédibilité rassurante au sein de la communauté française, encourageant ainsi les personnes en détresse à nous contacter. Ce statut donne également à l’association l’accès à une plateforme de communication beaucoup plus étendue ainsi qu’une exposition plus conséquente, permettant ainsi à notre message sur notre mission d’atteindre davantage de nos compatriotes. Nous sommes également amenés à collaborer avec le Consulat et l’ensemble de notre tissu associatif au service de la communauté Francaise en notre capacité d’acteur complémentaire.

Quels sont les publics que vous avez identifié qui ont le plus besoin d’aide ? Que faites-vous (et les bénévoles) au quotidien ? 

La grande majorité des cas sur lesquels notre association est intervenue depuis sa création touche en majorité les violences conjugales, et en grande majorité des violences graves et actes criminels envers des femmes mariées et mamans. Certains profils sont également des mariages binationaux ou l’épouse victime de ces violences se retrouve extrêmement et rapidement isolée, loin de ses racines, sa famille, sans ressource financière, abandonnée a elle-même, parfois avec une mauvaise maitrise de l’anglais, tétanisée par l’environnement légal américain et la peur de perdre la garde de leurs enfants au profit du parent américain. 

Il est évident que les victimes de violences nécessitent davantage de ressources, tant en termes de temps que de finances. Elles ont généralement besoin de services juridiques et médicaux souvent très onéreux et requièrent un accès quasi-permanent à l’écoute humaine. Nous avons également constaté que de très nombreux Français récemment retraités ont leurs dossiers de demande bloqués et qui se sentent impuissants face aux lourdeurs administratives que ces dossiers génèrent.

Notre équipe de volontaires est mobilisée 24/24 chaque jour. Nos actions vont de l’intervention en urgence, à l’accompagnement personnel sur les courts et moyens termes des victimes et à la prise de contact avec les autorités compétentes. Nous travaillons également à toujours renforcer notre maillage avec d’autres associations, autorités locales, professionnels du juridique et de la santé, ou tout autre « entité » nous apparaissant comme des acteurs indispensables, non seulement sur Houston, mais aussi sur Austin, Dallas, La Nouvelle Orléans et Oklahoma City. Enfin, l’appel aux dons ainsi que la création d’événements générateurs de levée de fonds tendent aussi à accroitre considérablement notre charge de travail. 

Lors de la création de l’association, pensez-vous que les violences conjugales étaient d’une ampleur si importante ? Combien de personnes aidez-vous aujourd’hui ? 

Certains de nos volontaires au sein du Bureau et du Board ont elles-mêmes été victimes de violences familiales et conjugales dans leur passé. Le phénomène de violences conjugales a toujours existé pour les Françaises et Français de l’étranger comme dans toute communauté. Il était peut-être plus et mieux caché dans le passé. Grace aux initiatives diverses pour le droit des femmes et contre ces mêmes violences faites aux femmes, les langues se délient progressivement et de plus en plus de victimes trouvent le courage de se dresser contre leurs agresseurs. 

Nous avons néanmoins tous été pris de court par le nombre de cas que nous avons déjà eu à gérer ces derniers mois. 

Depuis la création de l’association il y a un an maintenant, nous sommes venus en aide à une trentaine de personnes, et nous sommes actuellement en charge d’une dizaine de cas toujours actifs.

De quoi « SOS French in Texas » a le plus besoin et comment vous aider ? 

Nous avons essentiellement 2 besoins, des volontaires professionnels et du soutien financier :

  • Volontaires professionnels : bien que notre base de contacts se soit considérablement enrichie, nous continuons de solliciter les personnes compétentes notamment dans les domaines de compétences juridique et médicale, qui souhaiteraient offrir leurs services gracieusement ou proposer des honoraires plus abordables.
  • Soutien financier : certains des services dont nos victimes ont crucialement besoin sont souvent extrêmement coûteux et ne peuvent pas toujours être offerts en pro bono

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

La violence conjugale représente la première cause de mortalité évitable chez les femmes, sachant que les cas reportés aux autorités ne représentent qu’une fraction du nombre véritable des victimes. Nous espérons que notre action, en collaboration avec tous les autres acteurs en place, permettra d’adresser le tabou lié à ce sujet afin que, d’une part, davantage de victimes sortent de l’ombre et que d’autre part, les campagnes de sensibilisation et d’éducation sur ce sujet hypersensible encouragent la baisse de ces statistiques morbides. 

Nathalie Bonneté, fondatrice de « SOS French in Texas »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *