Volcan à la Palma : le Cumbre Vieja toujours actif

L’équipe de l’ASFE s’est entretenue avec Anne Fornier, volcanologue française qui a créé depuis Barcelone, la Volcano Active Foundation. Cette dernière est spécialisée dans la gestion et la prévention des risques volcaniques. Nous avons également profité de cette entrevue pour aborder le sujet du volcan Cumbre Vieja qui paralyse actuellement l’île de La Palma (Canaries).

La Fondation Volcano Active est une fondation à but non lucratif qui a pour objectif principal la prévention des risques volcaniques. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre fondation ?

L’objectif de la fondation est d’accroître la résilience des habitants et des écosystèmes des zones volcaniques. Avec un accent particulier sur les femmes et les enfants.  Non seulement face aux catastrophes inévitables, mais aussi dans leur vie quotidienne avec les émissions de gaz, la contamination des aquifères et les maladies typiques des zones volcaniques.

Il existe plus de 1 500 volcans actifs dans le monde affectant directement plus de 500 millions de personnes qui vivent avec eux. Nos objectifs s’orientent donc sur les piliers de la mitigation, éducation et divulgation :

  • MITIGATION // Travailler sur la connaissance du risque

Former du personnel local qualifié et lui fournir les moyens techniques pour contrôler l’activité volcanique sur le terrain. Former la population à l’évacuation en cas de catastrophe.

  • ÉDUCATION // Volcano school

Créer et développer des programmes qui améliorent la connaissance des volcans, de leurs risques et travailler sur la prise de conscience de notre environnement.

L’objectif est de sensibiliser les enfants des régions volcaniques à la volcanologie et à ses risques, en faisant des enfants une référence pour transmettre les valeurs et la protection de ce phénomène géologique et social si étroitement lié à la planète et à l’environnement. 

  • PRESERVATION des écosystèmes et du Patrimoine immatériel en Terre volcanique // Volcano CARE

Volcano Care est une initiative de solidarité qui préserve la biodiversité des écosystèmes volcaniques et la culture ancestrale des habitants en terre volcanique.  VOLCANO ACTIVE FOUNDATION est la première fondation au monde qui cherche à atténuer les risques volcaniques autour de la planète.

Après trois semaines d’activité, la coulée de lave du volcan Cumbre Vieja sur l’île de La Palma aux Canaries semble inarrêtable. Est-ce que la situation actuelle semble s’améliorer ? Quels sont les bons comportements à adopter face à ce type de catastrophe ?

Les catastrophes ne sont pas naturelles, elles sont socialement construites en raison du manque de préparation, de prévention, d’atténuation, d’éducation et de suivi. Ce que nous avons, ce sont des risques naturels qui ont un impact sur les sociétés vulnérables.

Nous nous battons depuis 3 ans pour sensibiliser les gens aux risques volcaniques. Le 24 septembre 2021 à la suite de l’éruption du Volcan Cumbre Vieja, nous avons interpellé le congrès espagnol avec 9 questions en référence au plan étatique de 2013 de risques volcaniques. A ce jour, nous n’avons pas la réponse et nous ne pouvons pas analyser les manquements de gestion de terrain.

Voici ce qui devrait être fait en termes de prévention : sensibilisation aux risques, identification des scénarios de risque, analyse et suivi, diffusion d’informations sur les risques et éducation dans les écoles, carte des zones de danger et carte des zones de vulnérabilité.

En matière de gestion des catastrophes, il faut insister sur l’intervention et la préparation à la récupération.

Quelles sont les conséquences matérielles et humaines actuelle de l’éruption du Cumbre Vieja ?

Au 13 octobre 2021 au soir, on comptabilise plus de 400 millions de pertes économiques. On dénombre plus de 1500 bâtiments détruits et 640 hectares complètement dévastés.

L’événement volcanique menace la santé des populations touchées, provoque des perturbations dans l’environnement en modifiant les conditions climatiques normales et la qualité des éléments vitaux tels que l’eau, l’air et le sol, affecte les récoltes et affecte également la fourniture de services de santé en limitant les déplacements en raison des dommages causés aux routes d’accès.

Le degré d’impact de l’activité volcanique sur l’environnement dépend de plusieurs facteurs, notamment : la zone touchée, la durée de persistance des résidus volcaniques, la détérioration des ressources naturelles et la perturbation de la vie quotidienne et des services publics. Les produits qui sortent du volcan sont classés selon leur forme d’émission en liquide, solide et gazeux. Les cendres et les gaz crachés sont dispersés dans l’atmosphère, générant un impact sur tous les écosystèmes proches du volcan et même à des kilomètres de son cône, principalement en raison de l’action du vent. La qualité des ressources naturelles – telles que l’air, le sol et l’eau – des écosystèmes de la zone de risque volcanique est altérée lorsque les matériaux éjectés entrent en contact avec le milieu environnant.

Comment peut-on optimiser la résilience des populations et de l’environnement face à des risques de catastrophe volcanique ?

En travaillant sur la prévention, l’éducation et la mitigation des risques.

Participez-vous à la sensibilisation des populations face aux risques volcaniques en proposant des formations et/ou interventions en milieu professionnel, scolaire ou autre ?

Nous avons effectivement un programme Volcano school, nous avons un programme de formation pour les scientifiques de terrain en zone de risque.

Selon le dernier rapport du GIEC, la température mondiale devrait être de +1,5° ou +1,6°C par rapport à l’ère pré-industrielle autour de 2030, soit dix ans plus tôt que prévu. Est-ce que le réchauffement climatique a une incidence sur le déclenchement d’éruptions volcaniques ?

Nous devons être conscients de l’activité volcanique, sinon nous aurons une crise environnementale qui nous affectera à tous les niveaux, à commencer par l’économie mondiale.

Les grandes éruptions volcaniques peuvent libérer dans l’atmosphère une telle quantité de matériaux (lave, roche volcanique, gaz toxiques et CO2, pluies acides, entre autres) qu’elles modifient le climat de la planète.

En juin 1991, le volcan Pinatubo, aux Philippines, est entré en éruption. Après l’explosion initiale, un énorme nuage de cendres et de gaz a été généré, atteignant une hauteur de 34 km en seulement 2 heures. En deux semaines, le nuage s’est répandu dans le monde entier. En l’espace d’un an, elle a recouvert la planète entière, entraînant une baisse de la température moyenne mondiale de 0,9°C cette année-là et la suivante.

En 1815, en Indonésie, le volcan Tambora entre en éruption. Son explosion a été la plus importante jamais enregistrée et, à plus de 1 300 km de là, un bruit de tonnerre a été entendu. La montagne a craché suffisamment de cendres et de roches pulvérisées pour provoquer une baisse de 1,5°C des températures mondiales l’année suivante. Dans certaines régions d’Europe et d’Amérique du Nord, l’année qui a suivi l’explosion, 1816, est connue des historiens comme “l’année sans été”, qui a entraîné des mauvaises récoltes, des gelées tardives, des maladies et des conséquences climatiques. 

Depuis sa création, quel bilan de la fondation pouvez-vous dresser ?

Nous avons énormément de travail et peu de moyen financier. La prise de conscience et le travail sur la gestion des risques sont encore marginaux.

Le travail est immense et rarement modélisable d’une zone à l’autre, chaque volcan est unique. La liste des dangers est longue.  Il s’agit de mettre en place une identification des dangers pour une gestion des risques de catastrophes par zone et par volcan.

Dans notre subconscient, les dangers de la nature semblent inévitables, catastrophiques. Mais les catastrophes ne sont pas naturelles, elles sont socialement construites, par manque de préparation, de prévention, d’atténuation, d’éducation et de suivi. Ce que nous avons, ce sont des menaces ou des dangers de la nature qui affectent les sociétés vulnérables.

Il est nécessaire de mettre en place des mécanismes de surveillance de l’activité volcanique dans la mer afin d’établir son éventuel danger pour les personnes et les biens, ainsi que des restrictions nécessaires au trafic maritime (sous-marins, etc..).

 

Anne Fornier, volcanologue française et fondatrice de la Volcano Active Foundation à Barcelone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *