Elections régionales et départementales : un “échec démocratique”

Le premier tour des élections régionales en France a été marqué par une abstention record dans l’histoire de la Vème République. Quelque 66,74 % des électeurs inscrits ne se sont pas déplacés, selon le ministère de l’Intérieur. Cela signifie que moins d’un Français sur trois s’est rendu aux urnes. L’ensemble de la société est touché.

Les chiffres sont notamment vertigineux chez les jeunes. Au total, 82 % des électeurs de moins de 35 ans n’ont pas voté, contre 70 % en 2015 – ce qui semblait déjà haut à l’époque. Chez les 18-24 ans, ils sont même 84 %, contre 76 % en 2015. Par catégories socioprofessionnelles, 69 % des cadres et des professions intellectuelles supérieures n’ont pas voté dimanche dernier, contre 50 % en 2015. Dans les catégories dites populaires, l’abstention, qui était de 56 % en 2015, est passée à 72 % en 2021.

On observe également une forte augmentation de l’abstention chez les diplômés du supérieur. 68 % d’entre eux ne se sont pas rendus aux urnes alors qu’ils n’étaient que 46 % en 2015. Toutes les régions sont concernées par cette désaffection : 72 % des habitants de l’agglomération parisienne se sont abstenus, niveau élevé, mais dans les communes urbaines de province, l’abstention a atteint 67 %, comme dans les communes rurales, où elle est passée de 44 % à 67 % en six ans.

Autre indice : une majorité des électeurs de la présidentielle de 2017 se sont abstenus. Parmi eux : 75 % de ceux qui avaient voté pour Jean-Luc Mélenchon, 60 % de ceux qui s’étaient prononcés pour Benoît Hamon, 64 % de ceux qui avaient soutenu Emmanuel Macron, 48 % de ceux qui s’étaient rangés derrière François Fillon, et 71 % des électeurs de Marine Le Pen. De quoi tordre le cou à l’idée que les extrêmes profiteraient systématiquement de l’abstention…Quelle est l’explication de ce tsunami abstentionniste ? Les politologues sont divisés dans leur interprétation.

Pour certains, l’indifférence serait le motif principal de cette désaffection. Pour d’autres, le rejet du personnel politique, donc la colère, serait tellement fort dans le pays qu’il toucherait même des formations jusque-là considérées comme protestataires, à l’instar du Rassemblement national. Cet « échec démocratique » n’a certainement pas qu’une seule cause.

A l’indifférence et à la colère, sans doute faut-il ajouter le flou qui entoure les enjeux des élections régionales et départementales – qui connaît les compétences des régions et des départements ? – et la sortie de la pandémie qui incite les Français à penser davantage aux vacances ou à leurs loisirs qu’à un rendez-vous politique. Sans doute aussi conviendra-t-il de se pencher un jour sur la réintroduction du vote par correspondance, supprimé en 1975 pour suspicion de fraude, et sur l’instauration du vote par internet, qui fait aujourd’hui débat.

Nul doute que l’utilisation du vote électronique pour les élections des Conseillers des Français de l’étranger 2021 sera scruté de près par ceux qui recherchent aujourd’hui des solutions à l’abstention. En attendant, de nombreuses personnalités politiques ont appelé à un sursaut pour le second tour. On verra si elles sont entendues…

L’équipe de l’ASFE

7 commentaires

  1. Les Français, en général, ont le sens civique. Mais ils votent de moins en moins pour les raisons évoquées. Je pense que les artifices comme le vote par correspondance ou internet ne correspondent pas du tout à la résolution de la crise profonde que vit la France. Vous le dites: rejet du personnel politique (pourquoi?) , colère (pourquoi?) sont les vrais raisons de l’abstention. L’indifférence des jeunes est liée à un manque total d’attrait pour le personnel politique et ses propositions.
    L’heure est très grave. Une réforme profonde de la France est nécessaire. Qui la fera? Je ne vois aujourd’hui aucun(e) politique assez motivé(e) ou courageux pour le faire.

  2. Je crois que le vote par Internet peut être une solution plus appelante, Je vis au Pérou et ne suis pas inscrit en France mais au consulat, et ne suis par conséquent pas concerné par les régionales, mais dans le cas des présidentielles, tous les français de l’étranger auraient apprécié de pouvoir voter par Internet: Dans des pays de grande superficie, comme les pays d’Amérique du sud, il est impossible pour certains de se rendre au consulat ou ambassade de France:
    Ao Pérou, je vis à un petit millier de kilomètres de Lima, il me faudrait faire 26 ou 27heures de bus, ou faire une dépense somptuaire: billet de bus ou d’avion plus frais de transport et d’hébergement dans la capitale du pays pour me rendre au bureau de vote, il y en a qui ont peut être les moyens de le faire, moi je ne les ai pas, donc je considère que le droit d’aller voter m’a été supprimé en raison de mes difficultés économiques pour les dernières présidentielles.
    Voter par correspondance: le système d’acheminement local de courrier est déficient dans certains pays comme le Pérou et les bulletins sont manipulables.
    Voter par procuration: Le tiers de même nationalité à qui je pourrais demander de voter moi a peut être des idées ou opinions contraires aux miennes.
    C’est pourquoi je crois que le vote par Internet devrait systématiquement être autorisé. Cela a été le cas pour les représentants des FE, j’ai apprécié.
    D’autre part, quelle est la qualité des candidats ? Il faut aussi se poser des questions sur le raz-le-bol généralisé des français au sujet des promesses non tenues et des difficultés qu’ils vivent au quotidien en métropole ou même hors de France, La confiance est partie dans les airs.

  3. Le vote pouur les francais a l’etranger est une blague. Il faudrais se deplacer pour se rendre au Consulat de France de sa sirconsription. La meme chose pour simplement obtenir ou renouveler un passeport
    Mon exemple cela veux dire 1041 miles ou 1676 kilometres!!! Ce quu veut dire acheter un billet d’avion ou conduire pendant 3-4 jours pour voter. Ne pensant meme pas au difficultes de se deplacer pour les plus ages comme moi meme. Et en cas de passeport il faut ensuite aller le chercher au Cnsulat honoraire qui sw trouve pour moi personellement encore a presque 400 miles ou 643 kilometres. La France a un deconecter avec la realite des Francais a l’etranger.

  4. Au XXIème siècle, alors qu’on nous bassine quotidiennement avec les “avantages” de la “5G”, ses performances affichées, ce futur hyper informatisé que l’on nous promet, on ne prend pas la peine de prevoir un vote électronique, on n’essaye même de réadapter le scrutin populaire au temps présent, que l’on s’étonne pas du désintérêt croissant de la population pour des politiques “hors du temps”…

  5. Je suis en train de voir le programme sur les difficultés encontrées par les retraités pour survivre (France 2-envoyé spécial), moi même, je connais d’enormes difficultés au point de vue budget mensuel, d’autant plus que je suis retraité d’un système autre que le système français.
    Je suis sur et certain que cette misère ambiante, de la jeunesse, des classes moyennes, du troisième âge va aboutir à la révolution la plus sanguinaire de tous les temps, une apocalypse avant l’heure…

  6. “’indifférence … rejet du personnel politique”.
    Vu du Chili, même constat après les élections pour les gouverneurs de région avec environ 20% de participation contre 56% lors du plébiscite pour une Nouvelle Constitution.
    “Indifférence” donc pour des élections dont on ne connait pas bien l’objectif et “rejet du personnel politique” pour tout ce qui s’exprime à travers les partis.
    La question sous-jacente est “Quid de la démocratie représentative” ?
    Ici, 30 ans de “démocratie représentative” post Pinochet n’ont rien changé à la vie quotidienne de la plupart.
    Lors des élections pour la composition de la Convention Constituante, est apparue la Lista del Pueblo, refusant toute assimilation aux partis traditionnels, sans leader déclaré, rassemblement de gens connus par leurs activités sur le terrain, le plus bel exemple étant M. Mundaca élu ensuite, au premier tour, gouverneur de la région de Valparaiso où il défend les droits de l’eau pour la vallée de Petorca depuis des années.
    Globalement on peut déduire de tout cela que les gens en ont marre des partis, de ceux qui étaient censés les représenter et qui n’en ont rien fait. Pire, ces élus ont roulé le plus souvent pour des intérêts autres que ceux de leurs électeurs.
    Gilets Jaunes, Lista del Pueblo : mêmes personnes, mêmes soucis, mêmes souhaits, même rêves.

  7. Churchill disait à peu près comme ceci on ne saura jamais vraiment quelle était son sentiment profond. Avait-il raison?
    Cependant tous les hommes politiques sont avides du pouvoir et par dessus tout de pouvoir le conserver.
    Le jour où ils seront au service de la nation, donc du peuple cela se saura.
    Le peuple ne va pas voter, savoir pourquoi, pas si simple. Le peuple en a assez du désastre dans lequel se trouve le pays, des inégalités hommes femmes de la dette, du manque d’emploi, du gaspillage, des lois liberticides, du cumul des mandats des niches fiscales, de la justice à double vitesse, des injustices sociales, des bas salaires, des petites combines entre amis et entre partis politiques.
    Les citoyens sont aller voter à beaucoup de scrutins en se laçant chaque fois un peu plus. Ils ont tenter en changeant les personnes, cela n’a pas changé les difficultés, les problèmes qui continuaient toujours en empirant.
    Après ce petit tour d’horizon si les politiques se demandent encore le pourquoi du comment vraiment je suis très content de ne pas avoir fait des grandes études, de vivre auprès de mes compatriotes de deux pays, de savoir ce que le mot veut dire de connaitre le prix et la valeur des choses.
    Un peu d’amertume de constater, que le pays qui m’a accueilli en 1970, pour laquelle j’ai travaillé jusqu’en 2015 (45 ans) devenu citoyen français, soit dans l’état qu’il se trouve aujourd’hui, tant civiquement, qu’économiquement, qu’humainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *