Français de Suisse Romande : l’espoir d’un retour à la vie normale

Chers Françaises et Français de Suisse Romande,

Alors que nous nous réjouissions toutes et tous en décembre de retrouver une vie normale, après les découvertes de vaccins fin novembre et les levées de restrictions par les gouvernements début décembre, voilà avant Noël nos attentes déçues : nouvelles restrictions, retards dans le démarrage des campagnes de vaccination. Pire, depuis le Nouvel An, l’impact des rassemblements familiaux de fin d’année et l’arrivée de nouvelles souches du virus plus contagieuses ont entraîné une remontée des courbes de contamination. Avec comme conséquence des nouvelles mesures de quasi-confinement, notamment en France avec le couvre-feu généralisé à 18h et en Suisse la fermeture de tous les commerces non essentiels.

On aurait pu imaginer, à la mi-janvier, que cela ne durerait pas : Moderna et Pfizer ont indiqué que leurs vaccins restent efficaces contre la nouvelle souche anglaise du virus et les gouvernements européens ont promis une accélération des campagnes de vaccination. 
Mais, mi-janvier, des nouvelles de pénuries locales de vaccins apparaissent. Des nouvelles souches de virus encore plus virulentes (notamment la sud-africaine) sont découvertes et les laboratoires ne se sont pas encore prononcés sur l’efficacité de leurs vaccins, et les campagnes de vaccination en Europe ne sont pas ce qu’on espérait. En Angleterre même, le premier ministre Boris Johnson a indiqué que le confinement pourrait durer jusqu’à l’été, malgré l’avance de son pays dans les campagnes de vaccination. Quant à l’Europe, Christine Lagarde a indiqué un risque de double récession vu les nécessités de reconfinement.

Se pose alors la question : quand retrouvera-t-on une vie normale ? Pour à nouveau sortir, travailler et profiter de la vie mais aussi pour planifier un minimum son futur proche vu le rythme saccadé des mesures, qui manquent parfois de cohérence. Ces tâtonnements et changements brutaux ont un impact fort sur la vie de nos compatriotes.

Que penser du futur ? Il paraît clair qu’avant au moins le mois de mars l’incertitude et les changements de directions vont perdurer. Il faudra en effet plusieurs semaines pour démontrer l’efficacité des vaccins sur les nouvelles souches, plusieurs semaines pour réapprovisionner en vaccin, plusieurs semaines pour voir une réussite des politiques de confinement sur la courbe des contaminations.

Espérons que le mois de mars, avec le retour du printemps, soit un renouveau et nous offre enfin une perspective de retour à une vie normale. 

D’ici là, l’ASFE reste à votre entière disposition pour toute question ou assistance. Nous actualisons aussi vite que possible notre site afin de vous donner les dernières nouvelles.

Prenez toutes et tous bien soin de vous,

Sincèrement,

L’équipe ASFE Suisse Romande

6 commentaires

  1. Bonjour,

    Je suis Française, j’habite à Prilly( vers Lausanne, la frontière de Vallorbe serait à vol d’oiseau de 30km mais en voiture 39. Je travaille en tant que soignante avec des frontaliers.
    Ma question est:
    Puis je aller voir ma famille dont ma petite fille handicapée qui habite dans le Tarn et Garonne. Normalement j’y vais tous les 2 mois 1 semaine afin de soulager les parents…Suis je obligée de faire le test aller- retour que j’aille en avion ou en voiture?
    Merci pour votre réponse et de nous tenir au courant.
    Brigitte

    1. Bonjour Brigitte,

      Les trajets sans restriction sont autorisés entre la France et la Suisse. Les “résidents des bassins de vie frontaliers dans un rayon de 30 km autour de leur domicile” sont exemptés de test PCR à la frontière. Cette formulation demeure flou, et il apparaît peu probable que les agents qui vous contrôlent vérifient le kilométrage.

  2. Bi national vivant en Suisse romande je suis garde chasse pour une ACCA dans le Doubs. Je souhaiterais m’y rendre régulièrement 2 à 3 fois par mois. Il ne m’est naturellement pas possible de me faire tester à chaque fois. Pensez vous que je puisse bénéficier d’un statut de frontalier?
    Merci à vous pour votre prochaine réponse.
    Cordiaux messages.

    1. Bonjour Jean-François,

      le statut de travailleur frontalier nécessite des déplacements fréquents (plusieurs fois par semaine) entre le pays de résidence et le pays de travail. Vous pouvez toutefois vous renseigner auprès de votre employeur.

  3. Bonjour et merci pour vos informations.
    Je n’ai pas de commentaires, mais une question:
    – Je suis bi-national français et suisse, ayant ma résidence principale dans le canton de Vaud.
    – Mon épouse et française et a sa résidence principale dans le département de l’Allier en France.
    Je souhaite savoir si il me serait possible d’aller rendre visite à mon épouse par la route ou par le train
    avec une déclaration sur l’honneur , mais sans test PCR, très coûteux en Suisse.
    Agé de 76 ans, je me suis inscrit sur une liste pour me faire vacciner, mais cela n’as pas encore été possible faute de doses
    Je vous remercie par avance pour votre réponse.
    Jean-Luc Baldy

    1. Bonjour Jean-Luc,

      La présentation d’un test PCR à l’entrée du territoire français est obligatoire (même si les contrôles ne sont pas systématiques).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *