Covid-19 : un révélateur de nos failles les plus profondes ?

Les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire ne peuvent, bien sûr, que susciter l’inquiétude. Elles seront visibles partout dans le monde car tous les pays, ou presque, tournent au ralenti.

Seule l’Asie, d’où est parti le virus, semble redémarrer très fort. Ironie de l’histoire, quinze pays de ce continent et du Pacifique viennent de signer un important accord commercial, promu par la Chine. Ce Partenariat régional économique global (RCEP), en gestation depuis 2012, serait le traité commercial le plus important jamais scellé sur la scène internationale, selon des analystes. Il concernera plus de 2 milliards de personnes. Cette gigantesque zone de libre-échange va rassembler les 10 Etats de l’Asean – Indonésie, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Vietnam, Birmanie, Cambodge, Laos et Brunei -, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

La compétition s’annonce rude entre ce nouvel ensemble, le pôle Canada, Etats-Unis, Mexique et celui de l’Union européenne. En France, comme en Europe, aux dépôts de bilan et aux faillites, à la précarisation de l’emploi et au chômage, va s’ajouter la paupérisation d’une partie de la population. La lutte contre la pauvreté va devenir un sujet central du débat politique.

Pour Christophe Robert, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, « avec la crise économique et le chômage de masse, beaucoup de gens risquent de ne plus pouvoir payer leur logement (…) Les expulsions vont reprendre à partir du 1er avril prochain. Nous devons anticiper cette bombe à retardement ». Il demande notamment la création d’un fonds d’aide au paiement des loyers et des charges, doté de 200 millions d’euros.

La situation des travailleurs indépendants, des étudiants, des artisans, des intérimaires…est extrêmement fragile. Nous devrions franchir cette année le seuil des 10 millions de pauvres en France, selon le rapport annuel sur l’état de la pauvreté, effectué par le Secours catholique et paru la semaine dernière. La pandémie a fait basculer dans la pauvreté un million de Françaises et de Français, alors même que notre Etat est un des plus protecteurs.

Que se passera-t-il ailleurs ? Alors que nous célébrons demain la journée internationale des droits de l’enfant, combien sont-ils à travers le monde dont le respect des droits fondamentaux est en en recul aujourd’hui par rapport à l’an dernier ? Finalement, cette crise sanitaire est intervenue comme un révélateur de nos failles les plus profondes – les différences statutaires étant masqués un temps par une situation économique dynamique – mais qui finissent par se révéler au grand jour.

Emmanuel Macron et son gouvernement, tout occupés actuellement à la gestion quotidienne du Covid-19, vont devoir envisager des mesures à long terme pour amortir le choc de cette récession sans précédent. Lourde tâche pour un pouvoir exécutif qui aura connu peu de répit, entre la colère des Gilets jaunes, la menace terroriste et la pandémie et qui sait le climat social en France éruptif…

L’équipe de l’ASFE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *