Serbie : entre gestion de crise sanitaire et contexte politique tendu

Le 4 mai dernier, le déconfinement a commencé en Serbie. Les bars, les terrasses et les restaurants ont même pu accueillir des clients dans une certaine mesure. Les règles de distanciation sont toujours de rigueur, cependant la vie reprend son cours à Belgrade. C’est en partie grâce à une approche stricte adoptée par le président Aleksandar VUCIC et son gouvernement, que la Serbie est aujourd’hui, l’un des rares pays européens à compter le moins de cas contaminés.

En effet, des mesures fortes (ou bien radicales, c’est selon…) ont été prises par le gouvernement serbe : état d’urgence, couvre-feu, aucune consultation du Parlement… Des décisions politiques qui n’ont pas fait l’unanimité du côté des serbes. Le maire de Novi Pazar a, par exemple, parlé d’«abus de pouvoir et de brutale campagne politicienne».

L’équipe de l’ASFE a pu s’entretenir avec Cyril HUOT, représentant de l’Alliance Solidaire des Français de l’Étranger (ASFE) en Serbie, et dirigeant d’entreprise en Serbie depuis 10 ans, afin d’en savoir davantage.

Quelle est la situation actuelle à Belgrade ?

Belgrade (et la Serbie) se déconfine petit à petit, après plus d’un mois de couvre-feu partiel et de limitations drastiques des activités commerciales et autres. La population retourne à ses activités et habitudes, notamment les plus de 65 ans qui n’avaient pas le droit de sortir de chez eux, sauf durant des petits créneaux horaires mis en place assez récemment.

La majorité des commerces ont réouvert avec une activité limitée notamment pour les cafés et les restaurants (estimée à 20/30% de leur capacité pre-COVID19). Les transports en communs ont été relancés avec le port du masque obligatoire. Les centres commerciaux apparaissent « assez fréquentés ». Il y a un retour à la vie « normale », appréciable pour les belgradois et autres Serbes.

Par contre j’ai remarqué qu’en cette deuxième semaine de déconfinement, avec les beaux jours arrivant, la vaste majorité des Belgradois avaient abandonné l’usage du masque. Nous verrons vers la fin Mai 2020 si un impact se fera ressentir sur les statistiques COVID19.

La Serbie semble faire figure, avec quelques Etats d’Europe centrale ou encore la Grèce, de bon élève dans la gestion du Covid 19, qu’en pensez-vous ?

Il y a eu une assez bonne gestion de cette crise je pense, en effet ce fut efficace. Nous n’avons pas manqué durant cette crise, ni de masques, ni de lingettes, ni de désinfectants, au moins après les 2 premières semaines ou les stocks sont partis « comme des petits pains ». Ni même de respirateurs avec une start-up Serbe qui a su développer un prototype et commencer sa production en à peine 30 jours…

En obligeant les plus de 65 ans à rester confinés chez eux d’une manière stricte, le gouvernement a certainement épargné un certain nombre de personnes.

D’une manière générale la Serbie a toujours été un pays quasi auto-suffisant (ou susceptible de l’être assez rapidement) et cela s’est vérifié durant cette crise.

De plus nous avons pu bénéficier d’un aide rapide de la Chine, pays qui est très présent en Serbie grâce à des financements gouvernementaux chinois et des projets d’infrastructures (route de la soie v2). Mais aussi l’aide est venu de l’Europe et d’autres pays à l’international. N’oublions pas que la Serbie est en phase d’accession à l’EU27.

En Europe, la Serbie est l’un des pays les moins dépendants du tourisme contrairement aux voisins croate, monténégrin ou grec. L’impact économique est moins fort ici, même si durant ces dernières années le nombre de tourismes a fortement augmenté, notamment le tourisme culturel et d’affaires. Les hôtels ne sont toujours qu’à 10/15% de remplissage.

D’une manière générale il n’y a pas eu d’abus, les mesures étaient strictes mais à la hauteur des menaces et des risques pour la population et le pays. Il a eu beaucoup de communication à destination du public (au vu des mesures de confinement qui évoluaient très régulièrement) sur tous les canaux possibles : TV, réseaux sociaux, …

A l’approche des élections législatives et locales, des échauffourées entre l’opposition et les forces de sécurité ont eu récemment lieu devant le Parlement. Quel est le climat politique actuel en Serbie ?

Comme partout, c’est un jeu entre les oppositions (le paysagé politique en Serbie est assez diversifié…) et le sortant. Je ne sais pas vraiment si c’est une critique constructive pour le bien du pays ou pour alimenter un buzz politicien (qui existait avant la crise) et pour certains pour se mettre en avant et utiliser cette crise pour communiquer sur leur programme et stratégie.

Il y a toujours un mouvement « 1pour5 », un mouvement de contestation contre l’action du Président VUCIC. Sans soutenir quiconque, le bilan de la Serbie parle pour lui, il n’y a pas eu de fortes polémiques durant la crise.

Après, les contestations reviennent au niveau avant crise. Ici, l’État d’urgence est terminé contrairement à l’Espagne ou la France. J’espère que l’opposition, aura une vision constructive et stable pour l’économie du pays qui doit utiliser cette après-crise pour conforter, dans la reprise, sa place de leader régional.

Des mesures sanitaires ont été mises en place par le gouvernement afin de garantir le bon déroulement des élections ?

Des mesures de bon sens, bien sûr, désinfectant partout, lingettes, du marquage au sol, des hygiaphones, des masques. Cela sera simple et pas forcément couteux, sans problèmes pour que le scrutin se déroule dans de bonnes conditions.

Comment la communauté française en Serbie a-t-elle vécu ce confinement ?

Je n’ai pas plus d’échos des Français établis en Serbie. Je pense que la majorité de « expats » ont pu retourner en France pour le confinement, alors que les vrais résidents français ou étranger sont restés dans leur appartement ou maisons.

J’ai un ami qui est revenu en France le 2 mai en voiture, en traversant plusieurs pays sans tracas. Il a fait cela avec une demande de passage européen, sans s’arrêter. Il n’est pas en quarantaine et va revenir à Belgrade le 1er juin. L’ambassade a très bien communiqué et a apporté un bon support pour les rapatriements.

Par contre pour l’entrée en Serbie si vous êtes ressortissant français vous serez obligé de présenter un test PCR négatif de moins de 72h ainsi qu’un permis d’entrée délivrée par l’ambassade de Serbie du pays d’où vous arrivez sont obligatoires pour être autorisé à entrer sur le territoire serbe.

Je connais 2-3 exemples de compatriotes entrepreneurs qui ont assez souffert (forte baisse des ventes et liquidité au plus bas) comme en France. Pour exemple nos activités (3 et diverses) ont fortement été impactées par cette crise et les 3 prochains mois ne seront « pas rose »…

Selon le média Seenews, l’économie serbe sera la moins affectée par la crise du coronavirus en Europe centrale et orientale, qu’en pensez-vous ?

Le FMI ou encore la BERD, comme les agences de notation soulignent le faible impact économique pour la Serbie contrairement aux autres états européens. Je pense aussi que le pays va asseoir sa position de leader dynamique, avec une relative forte activité/ croissance dans toute la région.

Le gouvernement ici en Serbie a rapidement réagi et décidé de mettre en place les mesures nécessaires pour échapper à un scénario de contamination global. Je pense que les acteurs économiques retiendront cela pour, à l’avenir, s’installer en Serbie ou bien entretenir des relations d’affaires avec ce pays qui dispose de plusieurs atouts économiques.

Le pays s’est montré réactif, l’emploi y est toujours peu cher, se trouve à la porte de l’Europe, les couts de productions pas chers, main d’œuvre très qualifiée et travailleuse, je pense que ces éléments sauront séduire des décideurs économiques dans les prochains trimestres.

Avez-vous quelque chose d’autre à ajouter ?

Nous allons entrer dans l’été et faire face à une faible activité économique, il y aura peut-être 6 mois plus délicats à venir, nous verrons les vrais effets de la crise alors. La Serbie comme le gouvernement a bien tiré son épingle du jeu, mais n’a pas fait cela seulement par calcul politique, il y a une sorte d’humanité. Le personnel médical, tous les acteurs du monde de la santé, de la police, la société civile a bien réagi dans cette période.

Bon courage à toutes et à tous !

 

L’équipe de l’ASFE

Un commentaire

  1. Cet article est une honte ! La Serbie est l’un des pays les plus liberticides d’Europe, Vucic a totalement muselé l’opposition avant la crise, elle a eu encore moins parole durant l’état d’urgence. Vos osez parler d’absence de polémiques, mais il n’y avait pas moyen de s’opposer au message officiel. Les journalistes ont été menacés avec le gouvernement cherchant à contrôler au maximum l’info, menaçant de poursuites. Dans tous les cas, les medias sont tellement verrouillés par le pouvoir qu’il y avait très peu de possibilités de critiques.

    Quant aux mesures, celles-ci ont été violentes et assez absurdes : un couvre-feu a été imposé, mais qui était inutile dans la mesure où il n’y avait aucune différence entre activités essentielles et non essentielles étaient possibles hors des heures “interdites”. Pire encore, le gouvernement a créé un vent de panique en menaçant d’interdire à tout le monde de sortir pour 14 jours, quelles que soient les raisons. Je ne parlerai même pas des règles totalement instables, changeant parfois d’un jour à l’autres, qui faisaient peser une incertitude assez stressante…

    Les résultats de la Serbie, malgré ce que vous dites, sont mauvais. Si l’on rapporte au nombre d’habitants, ils sont pires que le reste des pays de la région, alors que le nombre de décès est tout juste dans la moyenne.

    Bref, je me demande si ce cher Cyril sait de quoi il parle. Face à la situation que nous avons vécue ici, son “témoignage” est honteux car totalement déconnecté des faits.

    Mais bon, au final, quand on voit l’un des derniers paragraphes “Le pays s’est montré réactif, l’emploi y est toujours peu cher, se trouve à la porte de l’Europe, les couts de productions pas chers, main d’œuvre très qualifiée et travailleuse, je pense que ces éléments sauront séduire des décideurs économiques dans les prochains trimestres.”, je pense qu’on a tout compris… Taisons-nous sur la catastrophe du régime Vucic et cherchons à en profiter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *