La Grèce, lourdement affaiblie par la crise économique de 2008, est un Etat qui dispose d’un système de santé fragile. Pourtant, elle fait partie des pays du vieux continent qui résiste le mieux à la crise sanitaire mondiale actuelle. Comment ce pays, dont la population est plus âgée que la moyenne européenne, réussit-il à lutter efficacement contre le coronavirus ?

Nous avons demandé à Nicolas Mugni, représentant de l’ASFE en Grèce, de nous en dire davantage.

Quelle est la situation actuelle en Grèce ?

A l’annonce de la pandémie par l’OMS le 12 mars, le gouvernement grec a été un des tous premiers gouvernements européens à prendre des mesures de confinement. Le jour même, l’ensemble de la population a reçu sur son portable une alerte demandant à prendre des mesures de distanciation sociale. Cette réactivité a permis de limiter la propagation à une très faible partie de la population. Aujourd’hui (28/07/2020), nous comptons 2534 cas de covid-19 et 136 décès. A titre de comparaison, la Belgique qui a une population identique, les cas de covid-19 s’élèvent a 47 334 cas et 7331 décès.

Comment expliquez-vous que la Grèce fasse partie des pays européens qui enregistrent le moins de cas de COVID-19 ? Comment percevez-vous la gestion de crise par les autorités grecques ?

La réactivité du gouvernent grec face au covid-19 a été déterminante pour freiner la propagation du virus. La Grèce a pris des mesures de distanciation sociale une dizaine de jours avant la France. A cette date, le gouvernement français organisait les élections municipales…

La population s’est-elle bien adaptée aux mesures prises ?

Oui dans la grande majorité, les grecs ont bien accepté les mesures de confinement. Ils ont compris les enjeux très tôt des qu’ils ont vu la catastrophe qui touchait l’Italie qui a un fonctionnement familial très proche d’eux (grands-parents/petits enfants).

Quid de l’économie et de l’impact sur le tourisme ? Comment voyez-vous la suite ?

Comme l’ensemble des pays européens, l’économie grecque sera fortement impactée par l’arrêt de son économie. Les arrivées en avion ont baissé de 50% à ce jour et la saison touristique 2020 risque d’être très courte avec peu de touristes. Il faudra attendre 2021 pour un début de retour à la normale.

Comment se porte la communauté française en Grèce ?

La communauté française en Grèce, est, je pense, reconnaissante d’être confinée dans un pays qui ne connait pas une explosion du covid-19 et où les mesures de distanciation sont respectées scrupuleusement. La communauté française a également su réagir très rapidement face à la pandémie, je pense notamment à l’école française d’Athènes qui a pris des mesures de confinement une semaine avant les mesures gouvernementales.

Comment le gouvernement grec envisage-t-il le déconfinement et le “retour à la normale” ?

Le gouvernement prévoit un retour progressif avec un assouplissement le 4 mai avec ouverture de certains commerces, puis la réouverture progressive des écoles fin mai. 

Avez-vous autre chose à ajouter ?

Je souhaite à chacun de garder courage dans cette épreuve qui nous touche tous et je suis optimiste sur notre capacité à surmonter cette crise collectivement.

 

L’équipe de l’ASFE