La Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) 2019 fête à sa 32e édition. La CAN se déroule cette année en Egypte, le Cameroun s’étant vu retirer l’organisation. Les travaux liés à l’accueil de cette compétition n’avaient en effet pas suffisamment avancé. Le match pour la 3e place de cette CAN 2019 s’est conclu ce mercredi sur une victoire du Nigeria face à la Tunisie, sur le score de 1 à 0, grâce à un but d’Odion Ighalo. La finale de la CAN qui opposera – vendredi – l’Algérie au Sénégal est très attendue au sein des deux pays mais aussi en France. Alors que la joie était au rendez-vous sur les Champs-Elysées après la qualification de l’Algérie en demi-finale, la liesse a tourné court lorsque des groupes s’en sont pris à des magasins de l’avenue de la Grande armée à Paris.

Dans ce contexte nous avons eu la possibilité de nous entretenir avec Thierry Dupleix, conseiller consulaire du Cameroun.

Alors que beaucoup critiquent le football comme une « mafia au Cameroun », la CAN représente beaucoup de choses non seulement – sur le plan sportif – au yeux des Camerounais amoureux du football – mais surtout sur le plan social. Pour chacun d’entre eux il est fondamental de se faire respecter par les autres pays africains qui n’ont pu se qualifier pour la Coupe des nations mais aussi de se faire respecter par les nations qui concourent. Le football – un élément phare de notre société – permet, tout au moins, aux Camerounais de briller. Via ce sport extrêmement populaire, chacun espère un jour obtenir une place dans un club d’élite à l’extérieur du continent.

Au Cameroun, cet événement a le don de fédérer toutes les familles autour d’un écran – chez les uns et les autres, dans des bars ou des restaurant et tout cela dans une véritable ambiance familiale et amicale.

Il est vrai que les Camerounais ont très mal pris le fait que la CAN leur soit retirée. Les reproches ont principalement été adressés à l’encontre du président. Les travaux, ayant pris un retard considérable, ont constitué un véritable échec financier pour un grand nombre d’hommes d’affaires – qui s’étaient engagés à construire, rénover ou agrandir leur hôtel… Ce n’est que partie remise !

Le Cameroun a accepté depuis le 10 décembre de devenir l’hôte de l’édition 2021 de la CAN, au détriment de la Côte d’Ivoire qui devrait accueillir l’édition 2023. Notre chef d’Etat a promis que le pays continuerait de se préparer pour accueillir le championnat, et que “tous les investissements liés à l’organisation de la CAN seront réalisés“. Selon les dernières informations dans la presse, plus de 1.000 milliards de Francs CFA (plus de 1,5 milliard d’euros) ont été injectés dans la construction des infrastructures de la CAN.