L’ancienne ministre française des Finances – sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2011) – est attendue à la tête de la BCE d’ici la fin de l’année.

Du FMI à la BCE

En 2011, Christine Lagarde a succédé à Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI. Au cours de deux mandats de huit ans, elle a été intransigeante sur le déficit public de la Grèce et arrangeante envers les pays émergents. D’un côté, les éloges de certains chefs d’Etat envers Christine Lagarde ne manquent pas : remarquable, compétente, etc. D’un autre côté, des Etats comme la Grèce ou l’Argentine peuvent contester ses actions.

Dorénavant, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, va remplacer Mario Draghi à la tête de la BCE le 31 octobre 2019. Elle s’est dite « très honorée d’avoir été nominée pour la présidence » de la BCE. Notons que le FMI n’a pas encore précisé qui la remplacera. Par ailleurs, son accession à la présidence de la BCE a été saluée par différents dirigeants européens dont Angela Merkel. Cette dernière a déclaré que Christine Lagarde « a été choisie parce qu’elle a pris un rôle de leader indiscutable au FMI, et je crois que, si elle peut faire ça, elle peut diriger la BCE. »  – voir ici. De plus, le paysage européen ne lui est pas inconnu. Durant la crise de la zone euro, Christine Lagarde a été membre de la « troïka », composée de la Commission européenne, du FMI et de la BCE et dont l’objectif était de gérer les plans de sauvetage de la Grèce. Certains observateurs lui reprochent toutefois de ne pas être une spécialiste de la politique monétaire.

De quelles institutions parle-t-on ?

Le Fonds Monétaire International (FMI)

Le FMI est une institution, basée à Washington, qui regroupe 186 pays à travers le monde. L’objectif est de « promouvoir la coopération monétaire internationale, garantir la stabilité financière, faciliter les échanges internationaux, contribuer à un niveau élevé d’emploi et à la stabilité économique et faire reculer la pauvreté ». Autrement dit, le FMI prête de l’argent aux Etats. Par ailleurs, il gère les périodes de crises monétaires et financières et aide les pays en défaut de paiement. En échange, le FMI fait un certain nombre de préconisations sur la politique que doivent mener les pays. Ces recommandations sont plus ou moins bien accueillies – voir ici.

La Banque centrale européenne (BCE)

La BCE est une banque centrale, basée à Francfort, en charge de la monnaie unique européenne : l’euro. Son objectif est de maintenir le pouvoir d’achat de l’euro et la stabilité des prix dans la zone euro. Par exemple, lors de la crise financière 2007-2008, la BCE a assumé un objectif de stabilisation financière. Les organes de la BCE sont le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général. Notons que 19  pays font partie de cette zone euro. Actuellement, la BCE doit faire face à une situation inédite : des taux négatifs dans les plus grands pays de la zone, et un risque de déflation important.