Déroulé des faits

Dès 18h50, lundi 15 avril, en pleine semaine pascale, les flammes ont envahi la Cathédrale Notre Dame de Paris, allant jusqu’à faire s’effondrer le clocher. L’incendie serait lié aux travaux de rénovations et d’origine accidentelle, d’après les premiers éléments de l’enquête. Les pompiers de Paris après une nuit de labeur, passée à éteindre cet immense brasier, ont fort heureusement réussi à extraire des lieux la plupart des oeuvres d’art et réussi à conserver intacte la structure de l’édifice dont la portée n’est pas simplement religieuse mais historique, symbole de la France et du patrimoine français tout entier. Le coq, girouette placée au sommet de l’édifice, contenant trois reliques, a d’ailleurs été retrouvé hier, au milieu des décombres.

Emmanuel Macron s’est engagé à ce que la cathédrale soit rebâtie, d’ici à cinq ans, « ensembles ». Même si le chantier de rénovation s’annonce d’ores et déjà titanesque, long et coûteux ; force est de constater que d’autres bâtiments d’une telle ampleur ont déjà été sinistrés précédemment et ont néanmoins reconstruits à l’identique, tel un phénix qui renaîtrait de ses cendres.

D’autres exemples : France, Allemagne, Italie, Russie

En France, et même en Europe, les précédents de lieux emblématiques détruits n’ont pas manqué mais reconstruits.

En voici quelques exemples :

  • Dans l’hexagone, Notre-Dame de Strasbourg fût endommagée par les bombardements lors de la guerre franco-prussienne, reconstruite à l’identique en 1879 puis touchée par les obus américains en 1944. La Cathédrale de Reims a été incendiée en 1481 et endommagée en 1914 lors de la première guerre mondiale. Celle de Chartres a failli être réduite en cendres en 1836. Enfin, la Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes fût aussi le théâtre d’un incendie en 1972 et en 2015. Elle devrait réouvrir ses portes en 2021, au terme d’un chantier estimé à 13 millions d’euros. 
  • En Allemagne, la Cathédrale de Dresde fût rasée par les bombardements de 1945 et la coupole du Reichstag de Berlin incendiée par les nazis en 1933 : les deux sont aujourd’hui reconstruites.
  • En Italie, l’opéra vénitien sur la place Campo San Fantin fût la proie des flammes : huit années de rénovations ont suffit pour qu’il réouvre en 2003.
  • Enfin, l’Eglise du Christ Sauveur à Moscou a été dynamitée en 1931 à l’initiative d’un lieutenant stalinien : il fallut attendre les années 90 pour qu’elle se voit reconstruite à la demande du clergé moscovite.

Clé de voûte ?

Il y avait foule lundi, le soir de l’incendie, aux alentours des métros Cité et Saint Michel, même si le parvis était interdit d’accès. Des fidèles se sont aussi réunis pour chanter et prier, d’autres simplement pour suivre, impuissants, l’ampleur de la catastrophe, qui en plus de toucher les Français pourrait peut-être les rassembler. En attendant de voir ce que l’avenir nous réserve, nous nous sommes entendus sur le fait d’aider à reconstruire la cathédrale.

Voici le lien officiel du gouvernement (voir ici) vers lequel vos contributions se dirigeront peut-être.

SOURCES :

Le Figaro (voir ici)