TELECHARGER LA FICHE PDF

Cette semaine nous avons eu l’occasion de nous entretenir – grâce à l’aide de Sophie Ferrand-Hazard, conseiller consulaire en Afrique du Sud – avec Ludivine Houdet, Fundraising Director chez MSF – Médecins sans frontières. En effet depuis le 15 mars, le Mozambique, et ses environs, font face au passage du cyclone Idai, qui a – depuis – fait 447 morts et 800 000 sinistrés.

« Nous avons débuté l’assistance médicale dans la ville de Beira, au Mozambique. MSF travaillait déjà dans cette ville mais avec la catastrophe l’ensemble des moyens de communication a été coupé, et il nous était impossible de joindre notre équipe sur place.

Depuis, nous avons appris que notre équipe avait survécue, même si certains ont été blessés par le passage du cyclone. Le premier avion transportant de l’aide médicale que nous avons envoyé a atterri le 24 mars et nous avons immédiatement mis en place une clinique mobile.

Aujourd’hui nous avons réussi à faire parvenir 43 tonnes d’aides de tout type à Beira. Nos priorités immédiates sont :

  1. De continuer à étendre les activités de notre « clinique mobile », là où les maisons ont été détruites et où les blessés sont nombreux;
  2. Installer des toits de fortune dans deux centres de santé situés dans les quartiers défavorisés de Beira, pour leur permettre de reprendre leur activité. Dans un des centres concernés, MSF prodiguait des soins anti-VIH avant le cyclone;
  3. Faire parvenir davantage de fournitures médicales et d’articles de secours.

De grandes commandes de produits – médicaux et non médicaux – sont actuellement en cours de préparation et seront expédiées dès que possible au Mozambique depuis nos centres de distribution situés à Dubaï et en Belgique.

Nos besoins sont énormes, et dans les jours et semaines à venir la réponse de MSF augmentera énormément. Dans les zones rurales autour de Beira, nous attendons avec impatience l’arrivée d’autres équipes car les besoins sont immenses. Les plus grandes préoccupations :

Économiser de l’eau potable. Le Gouvernement a réussi à obtenir un générateur que nous devons installé, et qui devrait permettre de faire à nouveau fonctionner le système municipal de traitement d’eau. Mais les personnes vivant dans les quartiers les plus pauvres auront du mal à avoir accès à l’eau potable.

Des soins médicaux. Les deux centres ne suffiront pas à couvrir les besoins d’une ville de 500.000 personnes, alors que la plupart des infrastructures de santé ont été détruite ou endommagée.

L’accès routier. A la fois à Beira mais surtout en dehors de la ville.

L’évaluation des dégâts en dehors de Beira: nous pensons que les dégâts sont potentiellement critiques et de nouvelles équipes MSF devraient arriver pour évaluer les besoins et mettre en œuvre les premières aides. MSF dépend de dons privés (lien) qui sont essentiels pour que nous puissions continuer à faire notre travail.

TELECHARGER LA FICHE PDF