TELECHARGER LA FICHE PDF

Fin de semaine dernière, un terrible attentat a visé deux mosquées de Christchurch en Nouvelle Zélande. Cinquante personnes âgées de 3 à 77 ans ont perdu la vie. Jacinda Arden, Première ministre, vient d’annoncer l’interdiction de vente d’armes automatiques. En effet, dans ce pays de 4,6 millions d’habitants, 1,5 millions d’armes sont en circulation, dont 30.000 sont automatiques. A la suite de ce drame nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Pierre Leducq, Conseiller consulaire de Nouvelle-Zélande, Julie Mariuzzo, autre française résidant en Nouvelle-Zélande, ainsi que Georgia Gray, une « Kiwi » vivant en France depuis 4 ans.

Le CHOC

Pierre Leducq : « « Alors que je me trouvais en France, j’ai rapidement été mis en relation avec mes contacts en Nouvelle-Zélande. Après le choc de l’attentat et la crainte que ce fût une action d’envergure, la Nouvelle-Zélande a réagi d’une manière exemplaire, unie et rassemblée autour du Premier ministre, Jacinda Arden.

La Nouvelle-Zélande est un pays qui intègre beaucoup d’immigrés. Les musulmans ont ici le droit de porter le voile. Sachez aussi que certaines des victimes sont du bateau Tampa. Ce bateau de réfugiés qui avait été refoulé par l’Australie et accueilli par la Nouvelle-Zélande. Helen Clark était Premier ministre à l’époque. Ces gens avaient fui l’Afghanistan il y a plusieurs années.

Julie Mariuzzo : Je pense que le sentiment général a été le choc et la surprise que quelque chose comme cela puisse se produire en Nouvelle-Zélande. Les néo-zélandais sont typiquement des gens gentils, ouverts et bienveillants et je pense que la vraie surprise a été de découvrir que certaines personnes en Nouvelle-Zélande sont mal intentionnées. La population a réagi en se mobilisant immédiatement pour apporter une aide financière et logistiques aux victimes et à leurs familles ainsi qu’a la communauté musulmane de Nouvelle-Zélande. Personnellement, je pensais que l’on était relativement préservés en Nouvelle-Zélande et je ne pensais pas que ceci se produirait ici.

Georgia Grey : « « Ma première pensée a été « non, pas encore une tragédie à Christchurch, ils ont assez souffert ». Et puis, ça m’a frappé, ceci n’était pas une tragédie naturelle comme les tremblements de terre qui ont détruit la ville il y a huit ans. Une attaque terroriste. En Nouvelle-Zélande. Le choc. Les actes des héros qui ont été confrontés l’assassin étaient à la fois incroyables, et profondément courageux. »

LES MEDIAS

PL: « La Nouvelle-Zélande est extrêmement attristée. Jacinda Arden en qualité de Premier ministre a été la porte-parole de toute la population Néozélandaise. Les médias se sont contentés de relater les faits sans pour autant prendre position, ni critiquer le Premier ministre. Peut-être que les médias français pourraient prendre exemple. »
JM : « Je crois que le premier média à couvrir le sujet a été le NZ Herald. Tout a été un peu désordonné au début, on a parlé d’une attaque à Christchurch mais sans plus de détails puis très vite le Gouvernement a annoncé qu’il s’agissait d’une attaque terroriste en simultané dans deux mosquées. Dans sa première communication, le Premier ministre Jacinda Ardern a immédiatement annoncé que la législation sur les armes à feu allait changer et que les néo-zélandais ne se reconnaissaient pas dans ces actes barbares. »

GG : « Je n’ai jamais été aussi fière de mon Gouvernement. Dès la première journée, les néo-zélandais ont rapidement repris la phrase « Ce n’est pas nous ». Mais rapidement, une réaction plus pensée et approfondie est apparue – en fait, dire « Ce n’est pas nous » nie la responsabilité collective que nous avons face au racisme et à l’Islamophobie qui est caché mais quand même très présent dans notre pays. C’est nous. Les victimes sont comme nous, sont nos concitoyens, nos voisins, et c’est à nous, collectivement,  de s’assurer qu’ils ne sont pas en danger dans nos rues. Comme a dit Jacinda Ardern « Nous ne pouvons pas savoir votre deuil, mais nous pouvons marcher à côté de vous »

LES ARMES EN NOUVELLE-ZELANDE
PL: « Ce genre d’acte terroriste met en avant le fait que trop d’armes circulent aujourd’hui. Un peu plus de législation sur ce sujet ne peut-être que bénéfique.

JM : « Je n’ai pas beaucoup d’infos sur ce sujet, je ne savais pas qu’il y avait un nombre aussi important d’armes en circulation libre. Pour ma part, je me sens en sécurité en Nouvelle-Zélande, il n’y a pas beaucoup de règlements de comptes ou choses de ce genre. »

.GG: « Oui, changer les lois sur la vente et la disponibilité des armes va aider, et c’est très important. Nous avons une culture de chasse importante. La culture des armes en Nouvelle-Zélande n’est pas liée à la protection de soi, donc je ne pense pas que cela soit difficile à changer. Mais à mon avis ce qu’il nous faut vraiment c’est un changement de culture pour vraiment s’assurer que nos voisins minoritaires ne soient jamais en danger.

Le nombre de personnes en Nouvelle-Zélande qui maintenant savent où sont les mosquées, qui osent parler avec leurs voisins qui semblent être de culture, de religion, d’origine différentes, qui osent les défendre en cas d’abus, de harcèlement, ou autre danger, se compte depuis ce week-end par des dizaines de milliers. Avoir le courage de dire non au racisme, en sachant maintenant ce qu’il en coûte de l’ignorer, c’est le changement profond que j’espère voir entre les néo-zélandais. »

INFORMATIONS DES AUTORITES FRANÇAISES

PL : « Les autorités françaises nous ont simplement demandé de rester vigilant. Le système de communication avec Facebook a bien fonctionné »

JM: Non aucune. Le pays n’en reste pas moins un des plus surs au monde.

PL : “Cet événement est le fait d’un individu isolé et non pas d’une organisation terroriste. C’est triste mais partout dans le monde ce même type de situation peut se reproduire. Personne n’est a l’abri d’un acte d’une telle barbarie, ni même la Nouvelle-Zélande. La Nouvelle Zélande reste un des plus beaux pays du monde et une destination que je recommande. »
JM : « Il y a un énorme sentiment de tristesse partagé par tout le monde quasiment une semaine après les attaques. Des veilles sont organisées un peu partout dans le pays et une partie de la population féminine prévoit de porter le hijab vendredi en signe de respect. Une marche silencieuse aura lieu samedi en hommage aux victimes.
Le gouvernement envisage de donner le statut de résident aux familles des victimes et les frais des funérailles seront couverts par le gouvernement. L’immigration a mis en place une queue prioritaire pour les demandes de visa visiteurs des membres de la famille des victimes résidant à l’étranger et Air NZ offre des billets gratuits aux familles des victimes qui viennent en NZ pour les funérailles. La mobilisation a été immense et rapide car les gens sont vraiment touchés par ce qui se passe, c’est une tragédie… »

GG : « Nous avons beaucoup apprécié les messages des Français que nous avons reçu. Ce week-end, certains d’entre nous ont été déposer des fleurs ensemble à la Grande Mosquée de Paris. C’était émouvant de partager notre douleur avec les musulmanes de Paris. Ensemble, unis, nous sommes plus forts. »

TELECHARGER LA FICHE PDF