Les États-Unis et le Canada sont des marchés compétitifs, où les entreprises françaises tentent de tirer leur épingle du jeu. Quelles sont les spécificités du marché américain et canadien ?

L’économie américaine, un marché particulier

Selon le baromètre de Pramex international et Banque, en 2017, les États-Unis représentent la première destination d’implantation pour les entreprises tricolores accompagnées par l’État français à travers différentes organisations (le label French Tech, BPI France, Business France ou encore les Chambres de commerce).

On assiste de fait à l’essor des start-ups françaises au pays de l’Oncle Sam. En effet, entre 2012 et 2015, 150 start-up se sont implantées dont 39% à New York. Les start-ups françaises comme Scality (logiciel d’infrastructures de stockage de données), Tribe (application de messagerie) et Talend (logiciel big data) ont su s’exporter avec succès. De plus, les performances françaises dans le secteur des nouvelles technologies (comme Whithings spécialisée en objets connectés) ou la reconnaissance du savoir-faire à la française (comme les Boulangeries Eric Kayser) sont des atouts favorisant l’exportation.

Les principaux conseils à retenir pour une exportation réussie aux États-Unis sont : la construction d’un réseau entrepreneurial américain solide, la maîtrise du coût d’installation (onéreux) ou encore la particularité des démarches administratives (comme le choix du visa voir ici).

Du côté politique, le 14 septembre 2017, le Service Economique Régional de l’Ambassade de France aux Etats-Unis a présenté un nouveau rapport sur la relation économique franco-américaine au Capitol, devant un panel de Représentants et Sénateurs venus des quatre coins des Etats-Unis. « Les entreprises françaises sont les deuxièmes employeurs étrangers dans cet Etat (Massachusetts)».

Retrouvez le grand annuaire unique des entreprises françaises et francophones aux Etats-Unis qui est mis à jour quotidiennement : French District.

L’économie canadienne, un marché dynamique

L’économie canadienne est diversifiée, commerçante et ouverte sur le monde. Ainsi, 600 entreprises françaises se sont implantées au Canada. Parmi ces entreprises, les grandes entreprises françaises (Ubisoft, Alstom, L’Oréal, Sodexo, Lafarge, Michelin, Total, Alberta) comme les PME/PMI et les jeunes poussent ont choisi de s’exporter sur le territoire canadien voir ici.

Le marché canadien offre plusieurs avantages comme l’atout linguistique, le français, notamment à Montréal ou dans la ville de Québec. De plus, la ville de Québec est particulièrement privilégiée grâce aux avantages fiscaux (comme les crédits d’impôt en recherche et développement)[4]. Toronto est également une ville attractive pour les jeunes entreprises françaises souhaitant donner à leur marque une envergure internationale grâce à sa proximité avec les États-Unis.

Ainsi, comme aux États-Unis, des organisations (CCI Française au Canada, Business France Canada, French Tech) permettent de soutenir l’entreprenariat français au Canada.

X