Les vins et spiritueux français ont la cote à l’étranger. Non seulement gages de qualité, de prestige et de « bon goût » , ils bénéficient d’une renommée qui n’est plus à ériger, dans le monde entier. Deuxième secteur d’excédent commercial devant les parfums et cosmétiques français et derrière l’aéronautique, le vin est considéré comme patrimoine immatériel de l’humanité à lUnesco, patrimoine de la culture française et l’un de ses principaux vecteurs.

EXPORTATIONS

Le chiffre d’affaire des vins et spiritueux français à l’export a augmenté de 8,5 % en 2017 atteignant 12,5 milliards d’euros tandis que les champagnes ont enregistré une hausse de 23 % et les spiritueux de 25 %. Absent des exports il y a cinq ans, le rosé connaît à présent un certain succès. La France est aujourd’hui le premier pays exportateur de vin au monde en termes de valeur.

Le marché américain est la première destination des vins et spiritueux français. En l’espace de quelques années seulement, le marché a connu une hausse de 50 %. 40 % des ventes sont attribuées au cognac tandis que sa consommation est assez faible dans l’hexagone.

En Chine, deuxième marché d’export des vins français avant Singapour, et après les Etats-Unis, le chiffre d’affaire des vins et spiritueux a augmenté d’un quart l’année 2017.

IMPORTATIONS

Quant aux importations de vins en vrac, la France est le deuxième pays au monde derrière l’Allemagne et avant le Royaume-Uni. L’Espagne domine les catégories de vin importées même si l’Italie a gagné des parts de marché.

Les importations françaises de vin ont d’ailleurs grimpé de 10 % pour atteindre 810 millions d’euros l’année passée.

Pourtant, les français consomment de moins en moins de vin par habitant. Tandis qu’en 1975, la moyenne était de 100 litres par an par habitant, elle a baissé à 42 litres récemment.

La surface recouverte par des champs de vignes français est relativement faible proportionnellement aux surfaces agricoles de l’hexagone : elles ne représentent en effet que 3 %. Des entreprises françaises dont le groupe LVMH se sont même lancées dans la production de vin français à l’étranger, avec un cabernet sauvignon le long du Mékong, sur les contreforts de l’Himalaya, baptisé Ao Yun1. L’avenir du vin français réside-t-il désormais à l’étranger, non seulement dans sa consommation mais aussi sa production?

Sources :

Le Figaro

1Ce qui signifie « flying above the clouds » ( volant au dessus des nuages ) rendant hommage aux nuages au sommet des montagnes de l’Himalaya. Pour en savoir plus, cliquez ici.

X