L’ouvrage « Dictionnaire des opération extérieures de l’armée française » vient d’être publié, sous la direction de Philippe Chapleau et Jean-Marc Marill. Il répertorie les nombreuses opérations menées par l’armée française depuis 1960 et produit une analyse poussée sur la question. Et ce alors que le débat sur la vente d’armes bat son plein, l’Allemagne ayant annoncé un embargo sur l’Arabie Saoudite. 

L’occasion de faire un point sur la présence de forces armées française à l’extérieur. 

Si l’armée française est traditionnellement très présente à l’étranger, que ce soit pour des raisons d’occupation (Allemagne à partir de 1945) ou dans le cadre d’interventions militaires dès les années 1960 (Opération Bison au Tchad entre 1969 et 1972), cette présence prend désormais des formes diverses et est régie par une multiplicité de cadres, les interventions multilatérales (ONU, OTAN, UE) ou coordonnées avec d’autres pays étant de plus en plus communes. L’Armée française reste traditionnellement particulièrement présente en Afrique et le continent concentre la majorité des opérations à l’étranger en 2018. 

1/3 des militaires français, soit près de 10 000 sur 30 000, sont engagés à l’étranger, face aux 13 000 présents en France métropolitaine et les plus de 7 000 dans les territoires d’outre-mer. Ces forces sont déployées sous plusieurs cadres différents :

  • On retrouve des forces temporaires, principalement déployées dans le cadre de l’opération Barkhane dans le Sahel (3500) mais aussi dans le cadre de l’opération Chammal en Irak et Syrie (1200). 
  • Des missions maritimes regroupent 1350 militaires sur 4 navires réparties dans l’Atlantique et l’Océan Indien. 
  • Des forces dites de présence sont déployées dans 5 pays différents : Sénégal, Côté d’Ivoire, Gabon, Djibouti et Emirats Arabes Unis, pour un total de 3700 militaires. 
  • Enfin, diverses interventions/ forces sont déployées dans le cadre de l’OTAN, l’ONU et de l’Union européenne, pour un total de respectivement 400, 700 et 175 militaires.
X