Les relations économiques franco-brésiliennes

C’est dans un contexte houleux d’exaspération face à la corruption que se sont déroulées les dernières élections présidentielles brésiliennes donnant la victoire à Jair Bolsonaro, qualifié par de nombreux observateurs politiques de  « populiste d’extrême droite ».

Ce nouveau président s’engage à relancer la croissance économique et à promouvoir le libre-échange grâce à un programme économique alliant « austérité, réformes, productivité ». En effet, le Brésil a fait face à de nombreuses périodes de récession qui ont un impact sur la croissance.

Cette élection nous donne l’occasion de faire un point sur les relations économiques franco-brésiliennes. Dans cet article, nous vous présenterons les principaux enjeux de ces relations.

Des relations économiques solides

Les relations économiques franco-brésiliennes ont pu se solidifier grâce au partenariat stratégique et pluridimensionnel qui a été lancé en mai 2006. Ce partenariat s’est conclu par l’adoption d’un plan d’action et la signature de plusieurs accords durant le sommet bilatéral de Rio en décembre 2008. Le but étant de favoriser le partage de savoir-faire et d’expertise au sujet des ressources matérielles, technologiques, humaines ou naturelles entre les deux Etats.

Comment s’articulent ces relations économiques

Depuis 2007, la croissance annuelle du commerce bilatéral franco-brésilien se situe, en moyenne, à 9,2% passant de 6,5 à 7,1 Mds EUR. Ainsi, en 2017, les échanges commerciaux s’élèvent à 7,1 Mds EUR en 2017, soit 1,2% de hausse comparé à l’année 2016.

Le solde commercial français est excédentaire vis-à-vis du Brésil – voir ici. D’une part, en 2017, les exportations françaises vers le Brésil ont baissé de  -3,3% par rapport à 2016 pour atteindre 4,2 Mds EUR. En effet, la France exporte  principalement des biens à moyenne et haute technologie comme le matériel de transport (34%) et les équipements technologiques (21%). D’autre part, en 2017, les importations françaises s’élèvent à  2,9 Mds EUR, soit une augmentation de 8,3% comparé à 2016. Ainsi, le Brésil représente 0,5% des importations françaises et correspondent, majoritairement, à l’achat de produits primaires agricoles et fossiles (31,5%), de produits de l’industrie agroalimentaire (26,9%) et de produits semi-industrialisés de base (15,9%). Conséquence, la balance commerciale affiche un solde excédentaire de 1,2% Mds EUR en 2017 pour la France.

Des forts investissements français au Brésil. En 2017, selon la Banque de France, le stock d’investissement direct français au Brésil s’élève à 23,6% Mds EUR. Ainsi, la France fait partie des pays qui investissent le plus au Brésil malgré un marché qui devient de plus en plus concurrentiel. En effet, 900 filiales d’entreprises françaises y sont installées afin de saisir les opportunités qu’offre ce marché brésilien – voir ici.

 

En savoir plus 

Etude économique du Brésil, COFACE – voir ici 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *