Chères élues, chers élus,

Nous le savons d’expérience, la France est l’un des pays occidentaux qui a la main la plus lourde avec ses contribuables. Pas moins de 84 taxes et impôts nouveaux y ont été créés ces dix dernières années. Notre imagination fiscale, à l’endroit des ménages aussi bien que des entreprises, est ainsi sans limites. La conséquence en est que notre économie en souffre lourdement et que nombre d’investisseurs préfèrent retenir des destinations plus accueillantes et moins pénalisantes pour leurs projets.

Emmanuel Macron et son gouvernement parviendront-ils à échapper à cette frénésie du « toujours plus fiscal » ? Ils le promettent, pourtant beaucoup de Français en doutent et se demandent comment la suppression partielle de l’impôt de solidarité sur la fortune, la suppression totale de la taxe d’habitation ou la baisse de l’impôt sur les sociétés seront finalement compensées.

Car le pari est audacieux et ne pourra être relevé que si notre pays parvient enfin à faire des économies. Rappelons que nous consacrons quelque 56 % de notre PIB à nos dépenses publiques, soit 9 points de plus que la moyenne des grands pays européens. Nous payons là, il faut le reconnaître, des services publics et un système de protection sociale plus développés qu’ailleurs même si le rapport « coût-qualité » de notre Etat-providence se dégrade lui aussi petit à petit.

Quoi qu’il en soit, c’est bien en priorité sur le front économique et financier que les Français attendent des résultats de la part du chef de l’Etat et de son équipe. Un sondage Kantar Sofres, publié ces jours-ci, montre clairement que dans le trio des attentes de nos compatriotes figurent en tête l’amélioration du pouvoir d’achat pour 51% d’entre eux, la baisse du chômage pour 43% et la diminution des impôts et des charges pour 40%. Et ce, loin devant l’amélioration de la sécurité ou une meilleure protection de l’environnement, par exemple. Dans cette même étude d’opinion, 55% des sondés estiment également que l’action menée par le gouvernement jusqu’à maintenant correspond bien aux engagements pris par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.

Vous pouvez compter sur ma vigilance pour veiller à ce que les promesses qui ont été faites en faveur de la réduction de la pression fiscale, en faveur du développement de entrepreneuriat et de l’embauche mais aussi de l’amélioration du pouvoir d’achat soient effectivement tenues… J’y attache en effet, comme vous, beaucoup d’importance.

X