Deuxième test grandeur nature du vote électronique

Alors qu’un  premier test grandeur nature (TGN) avait éprouvé le système de vote électronique en juillet dernier, le second test – qui s’est tenu du 22 au 26 novembre dernier – est venu apporter quelques correctifs. Pour rappel, le vote électronique devrait être disponible pour les prochaines élections des représentants de proximité des Français de l’étranger, en mai 2020. 

Pour pouvoir voter sur Internet, il est essentiel que l’administration dispose d’un e-mail et d’un numéro de téléphone à jour de chaque personne inscrite sur les listes électorales consulaires. Vous pouvez vérifier ici

  • Des premières modifications

A la suite des remontées du premier test via la plateforme d’assistance, des retours d’expérience et des remarques du Bureau du vote électronique (BVE), des améliorations ergonomiques ont été apportées avec l’ajout de quelques fonctionnalités.

L’envois des identifiants et mot de passe ont également été améliorés à la suite d’un changement de prestataire. Les courriels ont été distribués dans 98% des cas. Dans les cas d’échecs, c’est la configuration de la boite mail de l’utilisateur qui a provoqué le blocage. Pour les SMS, les échecs proviennent en majorité du réseau ou des opérateurs mais également de l’appareil de l’utilisateur.

Lors du vote par Internet, et en cas de non réception de l’un des deux codes, l’électeur pourra le récupérer sur le portail de vote avec l’autre code et son NUMIC (numéro d’identification consulaire composé de 8 chiffres délivré à tout Français qui s’inscrit au registre des Français établis hors de France).

  • Des résultats concluants

12 943 testeurs ont été proposés pour ce TGN2, mais tous ne disposaient pas d’un mail ou d’un mobile. Certains n’ont, semble-t-il, pas reçu le lien pour se connecter. Ce problème ne se posera pas pour le vote réel puisque les électeurs se connecteront à partir de France diplomatie.

7548 testeurs ont cliqué sur le lien donnant accès à l’identifiant (ID). Ce sont donc, 57,16% des testeurs qui se sont manifestés. Parmi eux, seuls 65,8% ont commencé la procédure. 35% de ceux qui ont demandé l’ID n’ont pas continué. C’est un chiffre important mais les raisons peuvent être différentes : échec de la connexion, perte de codes,  mauvaise identification. D’autres n’ont sans doute  pas souhaité continuer.

Parmi les électeurs s’étant connectés 90% ont été au bout de la procédure (85,78% au TGN1).

  • Des tests de résistance

Lors de ce TGN2, une crise a été simulée sur les circonscriptions d’Afrique du sud et du Mozambique. Le problème “programmé” a entraîné un grave ralentissement du processus de vote. Lors du dépouillement il a été remarqué que le scrutin n’avait toutefois pas été affecté dans ces circonscriptions. Des messages d’informations ont d’ailleurs été mis au point pour cette éventualité.

Concernant les tests d’intrusion, les experts, le Responsable des systèmes d’information et l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) n’ont rien constaté de grave. Aucune vulnérabilité n’a été établie. Les attaques signalées n’ont pas eu de conséquences.

  • Configuration de la page de vote

Lors du vote réel,  l’électeur pourra cliquer sur une liste dont il verra la composition (noms et prénoms des candidats). Les noms des listes, même longs seront lisibles et non tronqués.

L’électeur aura accès en se connectant sur le portail France Diplomatie à l’ensemble des listes de sa circonscription, aux bulletins de vote utilisés pour le vote à l’urne et aux professions de foi.

CONCLUSION : Ce second TGN devait tout particulièrement tester la robustesse du système de vote dématérialisé. La solution fonctionne et est résistante. Les problèmes de codes d’identifications demeurent.  Ceux-ci ne disparaîtront qu’avec une identification par la biométrie ou l’identité numérique. L’homologation du vote par Internet devrait intervenir en début d’année.

Un mode d’emploi sous forme de guide animé sera mis en ligne ainsi que trois PDF visuels sur la marche à suivre, la récupération du mot de passe et celle de l’identifiant.

 

Martine Schoeppner
Membre du Bureau de vote  électronique
Vice-présidente de l’AFE et de l’ASFE
Conseiller  consulaire de Munich

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *