La France a son nouveau gouvernement ! Cette annonce était très attendue depuis la nomination d’Edouard Philippe au poste de Premier ministre, et alors que nous devions le connaître mardi dernier, il aura fallu 24 heures supplémentaires au nouveau Président, Emmanuel Macron, et à ses équipes, pour le révéler.
Composé de 18 ministres et de 4 secrétaires d’Etat, la parité est globalement respectée même s’il est regrettable que les femmes soient moins présentes aux postes en tête de l’ordre protocolaire.

Comme nous pouvions le prévoir, des fidèles du Président figurent à des places stratégiques : Gérard Collomb à l’Intérieur, Jean-Yves Le Drian à l’Europe et affaires étrangères et Richard Ferrand à la Cohésion des territoires.
D’autres personnalités ont tiré leur épingle du jeu démocratique, à l’image de François Bayrou qui hérite du ministère de la Justice, et qui voit sa fidèle alliée Marielle de Sarnez obtenir le ministère des Affaires européennes.
Enfin, certaines surprises sont à noter comme la désignation de Nicolas Hulot à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire, ou encore celle de Sylvie Goulard, spécialiste des questions européennes, au ministère des Armées.

Emmanuel Macron aura réussi son pari d’intégrer des personnalités de tous bords politiques et de la société civile à son gouvernement, comme le démontre la présence de Bruno Le Maire au ministère de l’Economie, et celle de Gérald Darmanin à celui de l’Action et des comptes publics aux côtés des 11 ministres non issus des appareils partisans. Cependant, seul l’avenir nous dira si cette cohabitation gouvernementale portera ses fruits, tant les défis sont importants et ce gouvernement inédit.

Si pour l’heure il est trop tôt pour se prononcer sur l’éventuelle efficacité de ce gouvernement, un point m’interpelle et m’inquiète : l’absence de référence aux Français établis hors de France. L’ancien Secrétariat d’Etat aux Français de l’étranger a totalement disparu, et ce alors même que tout au long de la campagne présidentielle, la mobilisation de nos compatriotes partout dans le monde a été sans précédent.
J’ose espérer qu’il ne s’agit que d’un état temporaire qui sera rectifié dans les faits très prochainement. Emmanuel Macron ne peut avoir déjà oublié les Français de l’étranger, chez qui il a obtenu des scores exceptionnels dès le premier tour, et qui l’ont plébiscité au deuxième en lui donnant 89,31% de leurs voix !

 

Caricature adjoint