En mai 2016 se tenait le Sommet anticorruption de Londres, au cours duquel 6 organisations et 43 Etats, dont la France, établissaient une liste de 453 engagements pour lutter ensemble efficacement et de façon cohérente contre la corruption. Le 19 septembre dernier, plus d’un an après, Transparency International a rendu public son outil de suivi de ces engagements par pays ou par thème, permettant ainsi de dresser un premier bilan qui, bien que relativement satisfaisant, témoigne qu’il reste beaucoup à faire pour atteindre les objectifs fixés l’année passée.

La France fait plutôt figure de bon élève, avec 27% des tâches achevées et 50% en cours. En revanche, 14% n’ont pas abouti aux résultats escomptés. En ce qui concerne les engagements dont la réalisation est continue (par exemple le soutien aux journalistes d’investigation ou le combat pour l’intégrité dans le sport), la France a lancé les processus et progresse sur 9% des dossiers.

L’outil de Transparency International permet également de mesurer l’avancement global par thématique. On constate ainsi que concernant le blanchiment d’argent, seuls 14% des pays ont achevé leurs engagements. Pour la protection des ressources naturelles, ce taux chute à 9%.